International

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé lundi à Londres que les Etats-Unis avaient perdu "leur rôle de médiateur" au Proche-Orient après leur décision de déménager leur ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

"Nous rejetons cette décision qui viole le droit international et les résolutions des Nations unies", a déclaré le président turc lors d'une conférence au centre de réflexion de Chatham House. "Avec cette décision, les Etats-Unis ont choisi d'être une partie du problème, et perdent leur rôle de médiateur dans le processus de paix" au Proche Orient, a-t-il ajouté.

Il a exhorté la communauté internationale à "jouer son rôle le plus rapidement possible" et à prendre des mesures pour mettre fin à "l'agression croissante d'Israël". Il a exprimé son soutien à l'établissement d'un "Etat palestinien indépendant, avec Jérusalem pour capitale". C'est "la seule solution pour une paix durable", a-t-il estimé.

Les Etats-Unis inaugurent lundi après-midi leur nouvelle ambassade en Israël, à Jérusalem, conformément à la décision prise par le président Donald Trump.

Ivanka Trump et Jared Kushner, la fille et le gendre du président américain qui sont aussi ses conseillers, prendront part à partir de 16H00 locales (13H00 GMT) avec des centaines de dignitaires des deux pays à la cérémonie.

Saluée comme "historique" par Israël, elle est largement perçue comme un acte de défi envers la communauté internationale dans une période de grande inquiétude pour la stabilité régionale.

Sept Palestiniens ont été tués lundi dans la bande de Gaza par des tirs de soldats israéliens le long de la frontière, où des milliers de personnes manifestent contre le transfert de l'ambassade américaine, a indiqué le ministère de la Santé local.

Le président Erdogan, en visite officielle de trois jours au Royaume-Uni, rencontrera mardi la reine Elizabeth II et la Première ministre Theresa May pour un entretien dominé par les questions économiques et de géopolitique.