International Le prix Nobel de la paix en 2001 est mort à 80 ans alors que l’Onu semble plus affaiblie que jamais. Avec Kofi Annan vient de disparaître une certaine idée de la diplomatie, policée, discrète, respectueuse du collectif et de l’individu, convaincue des vertus de la négociation et du multilatéralisme. En gros, confiante en la capacité de l’homme à combattre ses pires penchants. Il incarnait à la perfection l’Organisation des Nations unies qu’il a dirigée de 1997 à 2006 après y avoir fait l’essentiel de sa carrière.

(...)