International

La Commission européenne vient de publier ce jeudi les prévisions économiques intermédiaires de l'été 2018. Par rapport au printemps, les chiffres ont été revus à la baisse de 0,2%.

Pour la Commission, la zone euro et les 28 pays de l'Union se portent bien : les prévisions économiques pour 2018 et 2019 restent bonnes, avec un taux de croissance de respectivement 2,1% et 2%. De prévisions plutôt positives, notamment face au léger ralentissement au premier trimestre 2018. Pour Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques et financières, "La légère révision à la baisse par rapport au printemps traduit l'impact des tensions commerciales et de l'incertitude politique sur la confiance et la hausse des prix de l'énergie. Nos prévisions tablent sur une poursuite de l'expansion en 2018 et 2019, bien qu'il existe clairement un risque baissier, en cas de nouvelle escalade de mesures protectionnistes. Personne ne sort vainqueur d'une guerre commerciale: elle ne cause que des pertes".

Parmi les informations relayées se trouve également le taux d'inflation, qui est également prévu à la hausse. Pour cette année, la zone euro devrait afficher une augmentation de 1,7% du taux d'inflation, légèrement inférieure au 1,9% prévue pour l'ensemble des pays membres. Derrière cette augmentation se trouve, pour la Commission, la hausse des prix de l’énergie.

PIB revu à la baisse à 1,7% en Belgique

En ce qui concerne la Belgique, notre taux de croissance a également été revu à la baisse par rapport aux estimations de ce printemps. Finalement, le PIB belge devrait augmenter de 1,7% en 2018 et de 1,6% pour 2019 (au lieu des 1,8% et 1,7% prévus à la base). Selon le rapport de la Commission, l'augmentation des investissements et une croissance de la demande soutenue du secteur privé devraient favoriser la croissance de l'économie belge. Les investissements des ménages et des entreprises devraient également augmenter grâce à des taux d'intérêt toujours bas. Les investissements publics et privés devraient cependant diminuer à partir de 2019, ce qui réduit le taux de croissance du PIB pour 2019.

Par rapport à l'année précédente, les prévisions restent donc stables, affichant tout de même une amélioration par rapport à l'année 2016. Les diminutions prévues pour l'année prochaine ne feront pas retourner la Belgique en dessous du niveau de croissance de 2016.

L'inflation, quant à elle, diminue au fur et à mesure : après avoir atteint les 2,2% en 2017, cette année elle devrait s'afficher à 1,9% et se réduire encore en 2019.