International

John Bolton, conseiller du président américain Donald Trump pour la Sécurité nationale, a menacé lundi la Cour pénale internationale (CPI) de sanctions si elle poursuivait des Américains ou des Israéliens.

La CPI est entrée en fonction en 2002 grâce au statut de Rome, qui a été signé mais pas ratifié par les États-Unis, ce qui est aussi le cas de la Russie ; cela veut dire que Moscou et Washington ne reconnaissent pas son autorité. Le président George W. Bush a cependant retiré cette signature (comme le Soudan et Israël), parce qu’elle donnait à son pays certaines obligations envers la Cour. Celle-ci est financée pour plus de la moitié par l’Union européenne et pour environ un quart par le Japon.

(....)