International

Le président russe Vladimir Poutine doit s'exprimer mercredi à la télévision pour une rare adresse à la nation sur le très impopulaire projet de réforme des retraites, qui a provoqué des manifestations et une chute de sa cote de popularité. Le projet de loi envisage d'augmenter progressivement l'âge de départ à la retraite -- une première en Russie depuis près de 90 ans -- à 63 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes, contre 55 et 60 actuellement.

Les opposants à la réforme, approuvée en première lecture au Parlement en juillet, affirment que beaucoup de Russes, notamment les hommes -- dont l'espérance de vie plafonne à 66 ans -- ne pourront plus profiter de leur retraite.

Vladimir Poutine a tenté de se distancer de la réforme, déclarant qu'il n'appréciait pas l'idée d'augmenter l'âge de départ, mais qu'il était nécessaire de "prendre des décisions cruciales".

"Je vous demande de ne pas oublier que toutes nos décisions vont concerner le destin de millions de gens et elles doivent donc être justes", a-t-il souligné mardi lors d'une rencontre avec de hauts responsables à Omsk, en Sibérie.

"Nous devons prendre en considération la situation réelle dans l'économie et sur le marché du travail", a-t-il néanmoins ajouté. "Nous devons comprendre ce qui attend le pays dans 10, 20 et même 30 ans".

Certains économistes s'attendent à ce que M. Poutine, dont la déclaration télévisée est prévue pour 09H00 GMT (11h00 en Belgique), allège la réforme en proposant d'augmenter l'âge de départ pour les femmes à 60 ans (au lieu de 63 dans le projet initial) et éventuellement en rallongeant la période de transition.

Vladimir Poutine, qui n'avait pas mentionné la question des retraites lors de la campagne qui a abouti à sa réélection en mars, a vu sa cote de popularité chuter à 64% en juillet, contre 80% en mai, selon le centre russe d'études de l'opinion (VTsIOM).

Le projet de réforme des retraites a provoqué de nombreuses manifestations dans tout le pays et rassemblé des milliers de Russes, notamment à l'appel du Parti communiste.

Le principal opposant au Kremlin Alexeï Navalny, condamné lundi à 30 jours de prison, a appelé les Russes à protester le 9 septembre -- qui est également le jour des élections régionales et municipales en Russie -- contre ce projet de loi.