International

Le président russe, en visite surprise sur la base de l'armée russe de Hmeimin, a demandé au ministère de la Défense d'entamer le retrait d'une importante partie des troupes russes de Syrie, selon l'agence TASS. "J'ordonne au ministre de la Défense, le chef d'état-major général, de procéder au retrait du groupe de troupes russes de leurs lieux de déploiement permanent", a déclaré M. Poutine en s'adressant aux militaires.

"En deux ans, les forces armées russes, avec l'armée syrienne, ont défait le groupe de terroristes internationaux, et j'ai décidé qu'une partie importante du contingent militaire russe en République arabe syrienne retournera en Russie", a-t-il déclaré.

Le président russe a indiqué que la Russie lancerait un nouvel assaut, encore plus important, aux terroristes s'ils arrivaient à relever la tête. "Nous n'oublierons jamais ni les morts ni nos pertes causées par la lutte contre le terrorisme, en Syrie et chez nous, en Russie", a encore affirmé le président russe.

M. Poutine, accueilli sur la base russe de Hmeimim en Syrie par le dirigeant syrien Bachar al-Assad, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et le chef des forces russes en Syrie, le général Sergueï Sourovikine, n'a toutefois pas précisé combien de soldats russes resteraient sur place.

"Vous revenez victorieux dans vos foyers, auprès de vos proches, parents, femmes, enfants, amis. La patrie vous attend, mes amis", a-t-il ajouté, selon Interfax.

Les propos du président russe ont été rapportés plusieurs heures après la tenue de son discours lundi matin, alors que la chaîne de télévision russe Rossia 24 montrait déjà l'avion présidentiel au Caire, où Vladimir Poutine est attendu par le chef de l'Etat égyptien Abdel Fattah Al-Sissi.

Jeudi, Moscou a annoncé la "libération totale" du territoire syrien de l'emprise du groupe Etat islamique (EI), bien que l'organisation djihadiste contrôle toujours plusieurs poches dans le pays.

La Russie avait déjà annoncé le 21 novembre la fin de la "phase active de l'opération militaire" en Syrie.

Lancée en 2015, l'intervention militaire russe en Syrie a changé la donne en permettant notamment aux forces gouvernementales de ravir à l'EI la cité antique de Palmyre et de chasser les rebelles de leur bastion d'Alep, dans le nord-ouest du pays.