International

Environ 46.000 membres de PO sont appelés à élire l'homme qui briguera la présidence. Les membres du parti libéral auront jusqu'à jeudi pour voter, le résultat sera connu samedi prochain.

Radoslaw Sikorski, de dix ans le cadet de son adversaire, a joué la carte de la nouvelle génération et de ses compétences de diplomate reconnu dans les milieux politiques européens et américains.

Bronislaw Komorowski a mis en avant son profil de dissident de l'ancienne opposition anticommuniste, homme capable de rassembler les Polonais et de trouver des compromis.

Fin janvier, le Premier ministre Donald Tusk, chef du parti, avait annoncé qu'il ne briguerait pas le poste de chef de l'Etat, afin de rester à la tête du gouvernement.

Selon un sondage récent, aussi bien Radoslaw Sikorski, 47 ans, que Bronislaw Komorowski, 57 ans, remporteraient largement le second tour de la présidentielle contre l'actuel chef de l'Etat, le conservateur Lech Kaczynski, 60 ans, candidat potentiel à sa propre succession, soutenu par le parti Droit et Justice (PiS) de son frère jumeau Jaroslaw Kaczynski.

M. Sikorski battrait Lech Kaczynski par 66% des voix contre 34%. M. Komorowski remporterait ce scrutin par 63% contre 37%, selon ce sondage. Les prérogatives du président de la République en Pologne sont limitées par rapport à celles du chef du gouvernement.

L'actuel président n'a toujours pas annoncé sa décision de briguer ou non un deuxième mandat.