Présidentielle américaine: Obama nettement favori dans les sondages

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Une enquête New York Times/CBS accorde 51% des intentions de vote au dirigeant démocrate sortant, Barack Obama, et 43% à l'ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney, au sein des électeurs inscrits en vue de la consultation du 6 novembre, confirmant l'embellie de M. Obama après la convention nationale de son parti.

Les auteurs de ce sondage préviennent toutefois que l'avance de M. Obama chez les électeurs susceptibles de se déplacer aux urnes en novembre, dans un pays où la participation dépasse rarement les 60%, n'est que de trois points: 49% pour lui, 46% pour M. Romney.

L'enquête quotidienne Gallup accordait de son côté six points d'avance au sein des électeurs inscrits à M. Obama jeudi. Et le site RealClearPolitics, dans sa moyenne des sondages, estimait à 3,2 points l'avance de M. Obama au plan national.

L'Ohio aux mains d'Obama

Les sondages nationaux doivent être pris avec prudence au vu du système électoral américain: l'élection présidentielle se déroule Etat par Etat et donne une importance disproportionnée aux territoires très peuplés où la course est serrée.

Mais à ce jeu, M. Obama semble aussi en bonne posture, selon une enquête Wall Street Journal/NBC/Marist qui lui accorde une avance de pas moins de sept points (50%-43%) dans l'Ohio (nord), considéré comme le plus important de ces Etats potentiellement décisifs.

La même enquête accorde une avance de cinq points à M. Obama dans deux autres Etats cruciaux: la Floride (sud-est) et la Virginie (est) qui, comme l'Ohio, sont inlassablement arpentées par les deux candidats. M. Obama est ainsi attendu lundi prochain dans l'Ohio et le jeudi suivant en Floride.

Tous ces chiffres encourageants pour le président sortant semblent montrer que les critiques de M. Romney vis-à-vis du bilan économique de M. Obama peinent à convaincre les électeurs, malgré les chiffres de l'emploi médiocres publiés il y a une semaine, au lendemain de l'intronisation du président sortant par les démocrates à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est).

Publicité clickBoxBanner