International

Au moins douze personnes ont été arrêtées samedi lors de manifestations au Honduras, a annoncé la police locale. Plusieurs autres ont été blessées. Les protestants exigent la démission du président Juan Orlando Hernández après les élections présidentielles contestées de la fin de l'année dernière. Après le scrutin du 26 novembre dernier, les résultats partiels avaient longtemps fait état d'une victoire du candidat d'opposition Salvador Nasralla. Ils ont ensuite basculé de façon surprenante vers une légère majorité pour le précédent président Juan Orlando Hernández. L'opposition accuse ce dernier de manipulation des urnes, tandis que l'Organisation des Etats américains conclut à des irrégularités dans son rapport final.

Depuis des semaines, les Honduriens descendent dans la rue afin de manifester. Plus de trente personnes auraient perdu la vie au total lors de ces rassemblements.

Près de deux mois plus tard, l'opposition continue, quant à elle, à combattre le résultat des élections. Salvador Nasralla a ainsi appelé, au début du mois, à une série de protestations en janvier. Une grande manifestation est d'ailleurs prévue dimanche dans la capitale Tegucigalpa.

Le candidat d'opposition entend en outre prêter symboliquement serment le 27 janvier, le jour de la prestation officielle de serment de l'actuel président Hernández.