Prise d'otage de Beslan renvendiquée

AFP Publié le - Mis à jour le

International Le chef de guerre tchétchène Chamil Bassaïev, leader du mouvement séparatiste radical, a revendiqué la prise d’otages perpétrée dans une école de Beslan (Ossétie du Nord), dans une lettre publiée vendredi par le site internet Kavkazcenter.com, proche des indépendantistes.

Chamil Bassaïev assure notamment dans cette lettre, dont l’autenthicité n’a pu être vérifiée, que la «terrible tragédie» de Beslan est le résultat d’un assaut lancé par les forces russes, et non de l’explosion accidentelle d’une bombe placée par le commando terroriste dans l’école.

«Nous affirmons que les services spéciaux russes ont lancé l’assaut», relève-t-il, soulignant que les murs à l’intérieur du gymnase où étaient détenus les otages ne portaient pas les traces de l’explosion et que toutes les bombes étaient reliées entre elles. Si l’une avait explosé, «les 20 bombes auraient explosé».

Le chef radical propose une enquête indépendante sur les événements de Beslan qui serait menée par l’ONU ou l’Union européenne, et se dit prêt à coopérer à cette enquête.

La lettre de revendication est publiée sur le site Kavkazcenter.com, celui qu’utilisent généralement les indépendantistes tchétchènes pour faire passer leurs messages. Elle est signée «Abdallah Chamil», le nom que s’est donné Chamil Bassaïev.

«Grâce à Allah, la brigade des martyrs +Riadous-Salikhin+ (formée il y a deux ans par le chef radical) a mené une série d’opérations militaires réussies sur le territoire russe», dont «l’opération de Beslan (1er au 3 septembre, au moins 339 morts) menée par le 2e bataillon de martyrs placé sous le commandement du colonel Orstkhoïev», note-t-elle.

Cette brigade revendique par la même occasion l’explosion près de la station de métro Rijskaïa à Moscou, «organisée par le département régional des martyrs de Moscou» (le 31 août, 10 morts) et «l’explosion de deux avions civils réalisée par le département des opérations spéciales» (24 août, 90 morts).

Chamil Bassaïev souligne en outre que le commando de Beslan était composé de 33 personnes: 14 Tchétchènes (dont 2 femmes), 9 Ingouches, 3 Russes, 2 Arabes (sans précision), 2 Ossètes, un Tatar, un Kabarde, et un Gouran (un peuple sibérien).

Les séparatistes tchétchènes radicaux ajoutent n’avoir rien de commun avec «le terrorisme international» dont fait état le président russe Vladimir Poutine.

Ils ajoutent que les «brigades Islambouli» n’ont rien à voir avec la récente vague d’attentats perpétrés en Russie et sont le fruit de «l’imagination du FSB» (ex-KGB). Selon un site internet islamiste, les brigades Islambouli avaient revendiqué l’explosion de deux avions russes en vol et l’attentat près de la station de métro de Rijskaïa.

«Les Tchétchènes ont les forces pour combattre seuls contre la Russie». Ils «se battent exclusivement contre la Russie pour la liberté et l’indépendance», et «pour l’instant uniquement sur le territoire tchétchène et russe».

Chamil Bassaïev précise avoir transmis lors de la prise d’otages, par l’intermédiaire de l’ex-président ingouche Rouslan Aouchev, une lettre adressée à Vladimir Poutine dans laquelle il demandait le retrait des troupes russes de Tchétchénie et l’indépendance de la république rebelle et proposait en échange la paix et «la sécurité» pour la Russie.

«Nous regrettons ce qui s’est passé à Beslan. Mais c’est la guerre, déclarée par Vladimir Poutine il y a cinq ans, et qui a tué plus de 40.000 enfants tchétchènes et rendu plus de 5.000 d’entre eux handicapés». «Nous n’avons pas beaucoup de choix. On nous propose la guerre et nous la mènerons jusqu’à la victoire», ajoute le texte.

AFP

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Déchets: la Chine ferme sa poubelle, panique dans les pays riches

    Mise en décharge ou incinération? En bloquant l'importation de certains déchets, la Chine, première destination mondiale du recyclage, fait peser le risque d'un "scénario-catastrophe" pour l'environnement dans les pays riches... et met dans la ...

  2. 2
    Vidéo
    Maison de l'horreur en Californie: 13 frères et soeurs enfermés, certains enchaînés

    Treize frères et soeurs enfermés, dont un bébé de deux ans, certains enchaînés, affamés par leurs propres parents: la police a découvert une nouvelle maison de l'horreur, en Californie, faisant frémir les Etats-Unis et au-delà. Le couple a été ...

  3. 3
    Trump, 1 an après: Melania, la première dame qui craignait d’exercer une fonction pour laquelle elle n’était pas préparée

    Si l’on en croit les révélations du livre de Michael Wolff "Fire and Fury : Inside the Trump White House", Melania Trump aurait fondu en larmes à l’annonce de la victoire de son mari, et " ce n’était pas des larmes de joie". Toujours selon ...

  4. 4
    Selon un élu républicain, les Etats-Unis se prépareraient "très sérieusement" à une guerre avec la Corée du Nord

    L'armée américaine se prépare "très sérieusement" à une possible guerre avec la Corée du Nord, a indiqué mardi un élu républicain, tout en espérant que ces préparatifs ne soient pas mis en pratique. "L'administration examine très sérieusement les ...

  5. 5
    Vidéo
    Malgré l'insoutenable témoignage des enfants, les parents de la "maison de l'horreur" plaident non coupable

    Les parents californiens David et Louise Turpin ont plaidé non coupable, jeudi, de tous les chefs d'accusation, dont torture et séquestration. La prochaine comparution de ce couple arrêté lundi soir après l'appel au secours d'un des 13 enfants ...

cover-ci

Cover-PM