Prise d'otage de Beslan renvendiquée

AFP Publié le - Mis à jour le

International Le chef de guerre tchétchène Chamil Bassaïev, leader du mouvement séparatiste radical, a revendiqué la prise d’otages perpétrée dans une école de Beslan (Ossétie du Nord), dans une lettre publiée vendredi par le site internet Kavkazcenter.com, proche des indépendantistes.

Chamil Bassaïev assure notamment dans cette lettre, dont l’autenthicité n’a pu être vérifiée, que la «terrible tragédie» de Beslan est le résultat d’un assaut lancé par les forces russes, et non de l’explosion accidentelle d’une bombe placée par le commando terroriste dans l’école.

«Nous affirmons que les services spéciaux russes ont lancé l’assaut», relève-t-il, soulignant que les murs à l’intérieur du gymnase où étaient détenus les otages ne portaient pas les traces de l’explosion et que toutes les bombes étaient reliées entre elles. Si l’une avait explosé, «les 20 bombes auraient explosé».

Le chef radical propose une enquête indépendante sur les événements de Beslan qui serait menée par l’ONU ou l’Union européenne, et se dit prêt à coopérer à cette enquête.

La lettre de revendication est publiée sur le site Kavkazcenter.com, celui qu’utilisent généralement les indépendantistes tchétchènes pour faire passer leurs messages. Elle est signée «Abdallah Chamil», le nom que s’est donné Chamil Bassaïev.

«Grâce à Allah, la brigade des martyrs +Riadous-Salikhin+ (formée il y a deux ans par le chef radical) a mené une série d’opérations militaires réussies sur le territoire russe», dont «l’opération de Beslan (1er au 3 septembre, au moins 339 morts) menée par le 2e bataillon de martyrs placé sous le commandement du colonel Orstkhoïev», note-t-elle.

Cette brigade revendique par la même occasion l’explosion près de la station de métro Rijskaïa à Moscou, «organisée par le département régional des martyrs de Moscou» (le 31 août, 10 morts) et «l’explosion de deux avions civils réalisée par le département des opérations spéciales» (24 août, 90 morts).

Chamil Bassaïev souligne en outre que le commando de Beslan était composé de 33 personnes: 14 Tchétchènes (dont 2 femmes), 9 Ingouches, 3 Russes, 2 Arabes (sans précision), 2 Ossètes, un Tatar, un Kabarde, et un Gouran (un peuple sibérien).

Les séparatistes tchétchènes radicaux ajoutent n’avoir rien de commun avec «le terrorisme international» dont fait état le président russe Vladimir Poutine.

Ils ajoutent que les «brigades Islambouli» n’ont rien à voir avec la récente vague d’attentats perpétrés en Russie et sont le fruit de «l’imagination du FSB» (ex-KGB). Selon un site internet islamiste, les brigades Islambouli avaient revendiqué l’explosion de deux avions russes en vol et l’attentat près de la station de métro de Rijskaïa.

«Les Tchétchènes ont les forces pour combattre seuls contre la Russie». Ils «se battent exclusivement contre la Russie pour la liberté et l’indépendance», et «pour l’instant uniquement sur le territoire tchétchène et russe».

Chamil Bassaïev précise avoir transmis lors de la prise d’otages, par l’intermédiaire de l’ex-président ingouche Rouslan Aouchev, une lettre adressée à Vladimir Poutine dans laquelle il demandait le retrait des troupes russes de Tchétchénie et l’indépendance de la république rebelle et proposait en échange la paix et «la sécurité» pour la Russie.

«Nous regrettons ce qui s’est passé à Beslan. Mais c’est la guerre, déclarée par Vladimir Poutine il y a cinq ans, et qui a tué plus de 40.000 enfants tchétchènes et rendu plus de 5.000 d’entre eux handicapés». «Nous n’avons pas beaucoup de choix. On nous propose la guerre et nous la mènerons jusqu’à la victoire», ajoute le texte.

AFP

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Donald Trump se lâche: "L'Union européenne, la Russie et la Chine sont nos ennemies"

    Le président américain Donald Trump a estimé que la Russie, l'Union européenne et la Chine étaient, pour différentes raisons, des "ennemies" des Etats-Unis, dans une interview diffusée à la veille de sa première rencontre bilatérale avec son ...

  2. 2
    Trump enfreint le protocole en répétant une conversation privée avec la reine Elizabeth II

    Le président américain Donald Trump semble avoir enfreint le protocole royal en rendant publique sa conversation privée avec la reine Elizabeth II qui, selon lui, estime que le Brexit est un "problème très complexe", dans une interview accordée à un ...

  3. 3
    Vidéo
    Le crash d'un avion filmé par un passager

    L'accident d'un avion de collection qui s'est produit mardi juste après son décollage d'un aérodrome proche de la capitale sud-africaine Pretoria a été filmé par un passager. L'appareil, un bimoteur Convair-340 construit aux Etats-Unis en 1954, ...

  4. 4
    Vidéo
    Trump et Elizabeth II: les internautes n'en croient pas leurs yeux

    Le président américain a évité toute déclaration tonitruante en compagnie de la Queen, après avoir été peu clément avec la Première ministre britannique Theresa May et après en avoir fait voir de toutes les couleurs aux 28 autres dirigeants des pays ...

  5. 5
    Vidéo
    Jean-Claude Juncker chancelant: la Commission européenne déplore les allusions à l'encontre de son président

    Dans les couloirs de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le président depuis 2014, est parfois décrit comme alcoolique... Mais est-ce bien cela qui a entrainé ses difficultés à gravir les marches de la tribune servant à la ...

cover-ci

Cover-PM