International

Un homme de 26 ans, "plutôt déboussolé psychologiquement" selon les autorités, a retenu mardi pendant quatre heures dans un immeuble parisien deux otages avant d'être interpellé par la police qui a libéré les otages sains et saufs.

"Deux otages, dont un était aspergé d'essence", ont été libérés, a précisé la préfecture de police. Le forcené était retranché depuis 16H00 dans un immeuble d'une rue animée du centre de Paris et les policiers de la brigade anticriminalité (BRI) ont donné l'assaut peu avant 20H00.

Selon les premiers éléments de l'enquête, "il pourrait s'agir d'un déséquilibré aux motivations encore floues", avait expliqué une source policière. Le forcené a "tenu des propos pas très compréhensibles évoquant l'ambassade d'Iran puis le gouvernement", selon une autre source policière.

Un périmètre de sécurité avait été installé et policiers et pompiers déployés. Des négociations avaient été entamées avec le forcené.

Des parents venus chercher leurs enfants dans une crèche située dans cette rue ont néanmoins été autorisés à entrer dans le périmètre, a constaté un journaliste de l'AFP. Plusieurs dizaines de personnes qui se trouvaient dans le périmètre ont par ailleurs été évacuées par les forces de l'ordre dans le calme.

Peu après l'interpellation du preneur d'otages, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a salué dans un communiqué "le professionnalisme et la réactivité des forces de l'ordre et de secours".


La France vit dans la crainte permanente de nouvelles attaques terroristes depuis le début d'une vague d'attentats jihadistes en 2015. Le mois dernier, un Français de 20 ans né en Tchétchénie avait attaqué au couteau des passants dans le quartier de l'Opéra Garnier, tuant un homme, une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique.