International

Dubaï, l'émirat du Golfe en plein boom touristique, a acheté le célèbre paquebot de croisière Queen Elizabeth 2 (QE2) pour en faire un hôtel flottant à Palm Jumeirah, une île artificielle au large de la ville, a annoncé lundi la firme publique Istithmar.

Les autorités de Dubaï, l'un des sept membres de la fédération des Emirats arabes unis, ont déboursé 100 millions de dollars pour l'acquisition du navire, en activité depuis 1969 et géré actuellement par la compagnie de croisières Cunard Line, a ajouté Istithmar dans un communiqué.

Istithmar, filiale de la compagnie Dubai World, propriété du gouvernement de Dubaï, précise que QE2, prévu pour être livré en novembre 2008, sera rénové et réaménagé pour mouiller à partir de 2009 dans une digue construite spécialement à Palm Jumeirah, une île artificielle en forme de palmier.

Le paquebot servira alors de "luxueux hôtel flottant et lieu de shopping et de loisirs", selon le communiqué. "QE2 est sans doute l'une des merveilles du monde maritime (...) et nous investissons pour en faire une véritable destination touristique mondiale", a déclaré à cette occasion le président de Dubai World, Sultan Ahmed Ben Sulayem.

Selon lui, les travaux de rénovation du QE2 prévoient la recréation du décor intérieur original du paquebot et un musée retraçant l'histoire du navire qui, commandé en 1967 par la reine Elizabeth II, a servi au transport de 2,5 millions de passagers et assuré plus de 800 traversées de l'Atlantique.

Le président de Cunard Line, Carol Marlow, cité dans le communiqué, s'est dit "heureux" que le paquebot s'installe en permanence à Dubaï "offrant aux futures générations la possibilité de continuer à s'informer du navire et de son histoire".

Long de 293,5 mètres et pesant quelque 70.000 tonnes, QE2 a une capacité de transport de 1.778 passagers et compte 1016 membres d'équipage, selon le site internet de Cunard Line. Palm Jumeirah, l'une des trois îles en forme de palmiers au large de Dubaï, a commencé il y a quelques semaines à recevoir ses premiers résidents.

Confronté à l'épuisement de sa richesse pétrolière, Dubaï qui comptait officiellement fin 2006 quelque 1,32 million d'habitants, ambitionne de développer son secteur touristique pour attirer jusqu'à 15 millions de touristes en 2015, contre quelque six millions en 2005.

Engagé dans une course effrénée aux records, l'émirat de Dubaï a pris l'habitude de lancer des projets toujours plus grandioses. Outres les trois îles palmiers, il réalise aussi un ensemble d'îles artificielles reproduisant une planisphère ainsi que "Burj Dubai", appelée à devenir, à plus de 700 m, la tour la plus haute au monde.