International

Une tentative d'évasion assez surprenante a eu lieu dans la prison de Sequedin, dans le Nord de la France, rapporte France 3. Deux jumelles ont tenté une évasion "par substitution", en inversant leurs rôles. ​

Samedi dernier à la prison de Sequedin, une tentative d'évasion peu banale a eu lieu, selon des informations de France 3 Lille. Âgées de 19 ans, deux jumelles ont tenté de s'échanger à la maison d'arrêt de Lille-Sequedin lors d'un parloir.

Un bijou et un vêtement

La détenue reçoit la visite de sa soeur jumelle à la maison d'arrête de Lille-Sequedin. Alors que les deux soeurs sont pratiquement habillées et coiffées de la même manière, le surveillant de prison se méfie et décide de marquer la main de la visiteuse. Il n'hésite pas à la prévenir qu'en cas de soucis il mettrait un terme direct à la visite.

Durant la visite, les deux soeurs s'échangent un bijou et un vêtement. Une surveillante se rend immédiatement compte de leur petit jeu et, suspectant une tentative d'évasion par "inversion des rôles", prévient d'autres agents de surveillance.

La visite est écourtée, et les agents décident de contrôler les deux sœurs par biométrie. Cette technologie permet d'identifier un individu à partir de ses caractéristiques physiques. Sauf que surprise, "l’appareil, si fiable, a certifié les deux jumelles positives pour le même numéro d’écrou !", s’agace l’Ufap. Impossible de savoir laquelle des deux est condamnée.

Cependant, le manège des jumelles a pu être décelé. Pendant l'écrou, les empreintes digitales sont prises et le syndicat UNSA a expliqué "qu'après un contrôle de ces empreintes par un agent ayant la formation et la compétence pour les interpréter, les deux soeurs ont fini leur périple en garde à vue". Fin de l'histoire, la soeur qui avait été écrouée est retournée dans sa cellule.