International

Les sénateurs démocrates ont lancé mardi une offensive pour empêcher la confirmation du candidat de Donald Trump à la Cour Suprême, qui pourrait durablement ancrer du côté conservateur cette institution chargée aux Etats-Unis de trancher sur les questions les plus sensibles, de l'avortement aux armes à feu. 

Malgré la majorité républicaine au Sénat, les démocrates avaient promis de livrer une bataille féroce pour empêcher que Brett Kavanaugh, 53 ans, accède à ce poste à vie.

Sous les cris de manifestants rompant régulièrement l'ambiance d'ordinaire feutrée du Sénat, ils ont tenu parole dès l'ouverture de l'audition de confirmation, en commission judiciaire.

S'indignant de l'arrivée tardive de dizaines de milliers de documents censés alimenter les débats, ils ont exigé son report. Une demande rapidement rejetée par les républicains.

Le Sénat a le dernier mot sur les nominations présidentielles à la Cour suprême, qui arbitre sur les plus grands sujets de société comme l'avortement, les lois sur les armes, le mariage pour tous, le système de santé ou encore le poids des syndicats.

Arrivé tout sourire en famille, Brett Kavanaugh est resté de marbre alors que plusieurs membres du public dénonçaient, en criant, une "mascarade".

"Plus de femmes vont être forcées d'avorter clandestinement", a hurlé une manifestante.

Outrés par ces interruptions, les sénateurs républicains ont souligné son indépendance et affirmé que jamais autant de documents n'avaient été livrés pour la confirmation d'un juge à la Cour suprême.

Les démocrates s'indignent de n'avoir pas pu consulter à temps 42.000 pages de documents liés au passage de M. Kavanaugh à la Maison Blanche en tant que conseiller de George W. Bush. Ils le soupçonnent d'avoir à cette époque joué un rôle dans les décisions liées aux techniques d'interrogatoires musclées menées pendant les guerres en Irak et Afghanistan.

Les démocrates s'inquiètent également de son opinion, exprimée en 2009, que les présidents américains ne devraient pas être entravés dans leurs importantes fonctions par des poursuites judiciaires, alors que le procureur spécial, Robert Mueller, enquête sur la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016.

"Ce président ou tout autre est-il au-dessus des lois? ", l'a interrogé le démocrate Dick Durbin dans son introduction.

Face à ce barrage de critiques, Brett Kavanaugh compte promettre d'être un juge "impartial" dans ses remarques préliminaires. Il devait prendre la parole seulement dans l'après-midi. M. Kavanaugh s'engage à "juger les dossiers conformément à la Constitution", selon des extraits publiés par la Maison Blanche.