International Le pays a ouvert ses portes à 1300 réfugiés en 2017. Embarrassant pour Orban.

Envahisseurs musulmans", "poison migratoire"… Noyé dans le flot de cette rhétorique entendue sur les bords du Danube ces trois dernières années, les Hongrois étaient loin de s’imaginer que, dans le même temps, leur gouvernement (entre) ouvrait les portes du pays à des demandeurs d’asile afghans, irakiens ou encore syriens. La Hongrie a pourtant bel et bien accordé sa protection à 508 personnes en 2015, 432 en 2016 et 1 291 l’année dernière.