International "L'Union Européenne face aux défis de la sécurité, des migrations, et des frontières." C'était le thème de l'un des débats organisés au Sénat français, mercredi.

Un débat qui a tourné en eau de boudin quand la ministre macronienne des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a invoqué la possibilité pour les migrants cherchant l'asile dans l'Union européenne de pouvoir effectuer un véritable "shopping", des mots qui ont provoqué l'ire de sénateurs.

Nathalie Loiseau répondait à une question de Esther Benbassa, sénatrice écologiste, portant sur la convention de Dublin, plus officiellement appelée "Règlement Dublin III", selon laquelle "le pays où a été formulée la demande d'asile est le pays chargé de l'instruction du demandeur, ainsi que de la décision finale".

"Quand on vient du Sud-Soudan, on peut décider de faire du shopping de l'asile et qu'on sera mieux en Suède qu'en Italie, mais enfin tout de même", a déclaré Nathalie Loiseau. En clair, elle sous-entend que les migrants ne demandent pas forcément l'asile dans le pays qui les accueille, certains 'préférant la Suède à l'Italie'.

"Mais comment pouvez vous parler de shopping pour des gens qui sont dans la misère et dans l'anxiété ?", s'est indignée la sénatrice à l'origine de la question.

La sortie fait progressivement réagir les hommes politiques sur Twitter. Un député LREM, Matthieu Orphelin, a tenté d'éteindre l'incendie en dénonçant "une formule très malheureuse, (...) si lointaine de la réalité de ces destins brisés".

La France s'est déchirée sur la loi Asile et immigration, ou loi Gérard Collomb, votée en avril dernier, dont le but est de faciliter le traitement des demandes d'asile, mais aussi de pouvoir reconduire plus rapidement des illégaux.

Loiseau reconnait mais ne retire rien

Embourbée dans la polémique, Nathalie Loiseau a réagi sur Twitter. 




Elle n'a pas tort : le terme de "shopping de l'asile" est courant dans les versions anglaises de principaux textes européen, l'expression anglaise étant peu connotée. 

Mais le journal officiel français du 16 janvier 2015 a prévu une traduction applicable aux discussions d'Affaires européennes dans l'Hexagone. "Asylum shopping" y est traduit par "course au droit d'asile".