International

Le Parlement européen a été le théâtre de vifs échanges entre l'eurodéputé belge Philippe Lambert et le président Emmanuel Macron ce mardi. L'élu écologiste n'a pas hésité à critiquer la politique menée par le chef d'Etat en lui offrant un cadeau plus que symbolique.

Les choses se sont corsées avec l’intervention de Philippe Lamberts au nom des Verts. Quelques bons points et puis l’attaque, virulente. Le Belge a éreinté le"président-philosophe" pour avoir un jour dit : "Il y a des gens qui ne sont rien". Il l’a accusé de maltraiter la devise française "liberté, égalité, fraternité". Quid de l’intervention des forces de l’ordre à Notre-Dame-des-Landes ? Des procédures expéditives de la loi asile-immigration ? D’une politique économique pour les "premiers de cordée" ? "Une corde c’est fait pour empêcher les derniers de tomber" et "elle n’existe plus", a ajouté M. Lamberts, en offrant une corde d’escalade au Président.


"Vous pouvez tenir des propos d’estrade, car vous avez le confort de ce salon", a sèchement répondu ce dernier en insistant sur le fait que la France agissait dans un cadre constitutionnel. "Je ne peux vous laisser dire des bêtises et des contre-vérités." L’échange s’est poursuivi lors de la poignée de main finale. Se sont-ils réconciliés ? "Pas du tout", confie Philippe Lamberts : "Emmanuel Macron a ça de rafraîchissant qu’il dit les mêmes choses au micro et dans la vraie vie." Le Français a promis au Belge une réponse point par point s’il lui envoyait ses reproches par écrit.

L'eurodéputé français Florian Philippot a également été repris de volée par Emmanuel Macron. L'éminence grise de Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle, depuis en rupture du ban du Front national, a accusé le président français d'avoir récité "son catéchisme européen", tenu devant une assembée qui n'est, à ses yeux, "pas un vrai Parlement".


"Je suis étonné que vous ayez pu dire ce que vous avez dit sur cette assemblée dans laquelle vous êtes, vous y avez été élu par le peuple français, vous avez un drôle de respect pour le peuple français. Si cette assemblée ne vous plaisait pas, il ne fallait pas y venir, c'est tout", lui a vivement répondu Emmanuel Macron.