Queen Mary II: l'accident a fait 15 morts

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Saint-Nazaire et son chantier naval s'apprêtaient à vivre une journée de deuil dimanche, en présence du président Jacques Chirac, attendu dans la journée, et alors que le bilan des victimes de l'effondrement d'une passerelle du Queen Mary 2 s'est encore alourdi.

Trois blessés graves sont en effet décédés depuis samedi des suites de leurs blessures, ce qui porte à 16 le nombre des morts, selon un nouveau bilan communiqué dimanche par Alstom. Le bilan s'élevait dimanche à la mi-journée à 32 blessés, dont 30 hospitalisés et une personne dans un état grave, a précisé la porte-parole du groupe.

Les raisons de l'accident, encore inexpliquées, devraient être établies par l'enquête en cours, diligentée samedi par le procureur de la République. Jacques Chirac était attendu dans l'après-midi sur les lieux du drame en compagnie du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin ainsi que de plusieurs ministres dont celui de l'Intérieur Nicolas Sarkozy et son collègue des Transports, Gilles de Robien.

Les Chantiers de l'Atlantique (Alstom Marine), dont les portes resteront exceptionnellement closes lundi après une journée de recueillement dimanche, sont confrontés à un drame sans précédent.

De façon générale, les accidents faisant autant de victimes sont rares dans le métier de la construction navale, qui rassemble des dizaines de compagnonnages très performants et méticuleux.

Jusqu'à la mise à l'eau de "QM2" en mars 2003, plusieurs milliers de salariés du chantier et de ses sous-traitants empruntaient plusieurs fois par jour une "échelle de coupée", c'est-à-dire une structure du type de celle qui s'est écrasée afin de se rendre à bord.

La passerelle longue de 10 mètres qui a entraîné une quarantaine de personnes dans sa chute de 15 mètres, samedi, avait été installée la veille et avait servi depuis lors aux ouvriers. Patrick Boissier, le PDG des Chantiers, a rappelé samedi soir que l'équipement avait été mis en place par un fournisseur habituel de l'entreprise.

Au-delà de l'entreprise, c'est toute une région, celle de l'estuaire de la Loire, qui commençait dimanche de subir le contrecoup de l'accident. La plupart des victimes étaient des membres des familles de salariés des chantiers, mais aussi des Nazairiens.

De fait, la ville, née sous le Second empire pour constituer l'avant-port de Nantes, existe pratiquement par et pour son chantier naval. "Tout le monde ici connaît quelqu'un à la Navale, un parent, un voisin ou un ami", avait déclaré dès samedi soir Joël-Guy Batteux, le maire (MDC) de Saint-Nazaire, au bord des larmes.

Saint-Nazaire s'apprêtait à célébrer, le 20 décembre, sa fierté d'avoir mené à bien la construction du plus grand bateau de croisière de l'histoire. Nul ne savait, dimanche matin, si cette fête serait maintenue.

  • PLUS SUR LE PDF

  • AFP

    Facebook

    Ailleurs sur le web

    Les + consultés de la semaine

    cover-ci

    Cover-PM