International

Le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, a annoncé samedi avoir "pris acte" de la désignation de Bruno Tshibala comme Premier ministre de la République démocratique du Congo. Une désignation "qui s'écarte de la lettre et de l'esprit de l'accord de la Saint-Sylverstre" qui prévoyait la nomination d'un Premier ministre proposé par le Rassemblement, souligne-t-il dans un communiqué. Le vice-Premier ministre belge rappelle la nécessité de mettre intégralement en oeuvre cet accord conclu en fin d'année, y compris "la levée des restrictions aux lois et libertés".

"Comme l'Union européenne, la Belgique est préoccupée par le fait que les autorités de transition ne disposent pas du large soutien nécessaire", indique M. Reynders. "Dans ce contexte, et suite à la forte détérioration de la situation sécuritaire et des droits de l'Homme dans différentes parties du pays, la Belgique se concertera avec ses partenaires internationaux concernant les relations avec la RDC. Elle demande à tous les acteurs de tout faire en vue de permettre l'expression d'opinions de manière pacifique."

M. Tshibala a été désigné vendredi Premier ministre par le président Kabila. Porte-parole du Rassemblement constitué autour d'Etienne Tshisekedi, M. Tshibala a contesté la légitimité du fils Tshisekedi, Félix, à la tête de l'opposition après la mort de son père le 1er février dernier et a été exclu fin février du Rassemblement et de l'UDPS, le parti historique d'opposition. Sa nomination a dès lors été condamnée par l'UDPS, estimant qu'elle constituait en "un scénario de mauvais goût qui ternit à la fois l'image (du président) Joseph Kabila et de la RDC".