International Acquitté par la CPI, l’ancien vice-président congolais est au centre de tous les intérêts.

Avec la libération de Jean-Pierre Bemba, c‘est une nouvelle campagne électorale qui se prépare en République démocratique du Congo", expliquait, le 8 juin dernier en début de soirée, quelques heures après l’annonce de l’acquittement, un de ses anciens collaborateurs du temps de la rébellion du Mouvement de libération du Congo (MLC). "Le chairman (surnom de Bemba) doit avoir soif de revanche. La politique, c’est toute sa vie, poursuivait-il. Il a perdu dix ans à la CPI, mais il n’a que 55 ans et il ne va pas passer le reste de ses jours à regarder la télévision ou à se promener tranquillement." "Bemba est une bête politique, ajoute un autre de ses anciens collaborateurs. Quand il dirigeait le MLC, il avait une idée par minute, il sollicitait sans cesse ses collaborateurs. Ceux qui l’ont vu durant sa détention confirment qu’il n’a pas perdu foi dans son avenir. Il va revenir sur le devant de la scène. Peut-être pas pour ce scrutin, mais il reviendra…"