International

La direction de l'Agence congolaise de presse (ACP, officielle) a interdit à ses journalistes de couvrir, sous peine de "révocation", les activités organisées par l'ambassade de Belgique à Kinshasa à l'occasion de la Fête nationale, vendredi, a-t-elle annoncé. "Il est strctement (sic) interdit à tous les journalistes de l'Agence Congolaise de Presse (ACP) de couvrir les activités de l'ambassade de Belgique le 21 juillet 2017. Quiconque ne respectera pas cette instruction sera révoqué, sans autre forme de procès", précise une note signée par le rédacteur en chef adjoint de ce média d'Etat et responsable du desk des provinces, Nestor Cimanga, dont l'agence Belga a obtenu lundi soir une copie.

M. Cimanga demande par ailleurs d'assurer une "large diffusion" à cette note, qui témoigne de la dégradation des relations entre la République démocratique du Congo (RDC) et la Belgique.

L'ambassade de Belgique organise chaque 21 juillet une réception dans les jardins de la résidence à laquelle sont conviés des dizaines de Belges et de Congolais - en 2015, les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale, Léon Kengo wa Dondo et Aubin Minaku, y étaient présents, de même que plusieurs ministres.

Les relations belgo-congolaises se sont tendues depuis la désignation, le 7 avril dernier, du nouveau Premier ministre congolais, Bruno Tshibala. Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, avait jugé que la nomination d'un transfuge du parti d'opposition UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès social) n'obéissait pas à l'Accord de la Saint-Sylvestre, qui partage le pouvoir entre majorité présidentielle et opposition après la fin du dernier mandat constitutionnel du président Joseph Kabila, qui a échu le 19 décembre dernier.

Dans la foulée, Kinshasa avait brutalement suspendu la coopération militaire belgo-congolaise, rétablie à partir de 2003.