International

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira en urgence vendredi matin sur la reconnaissance unilatérale par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël, a indiqué mercredi à l'AFP la présidence japonaise du Conseil. Huit pays ont demandé dans la soirée de mercredi la tenue d'"une réunion d'urgence du Conseil, avec un exposé du secrétaire général, avant la fin de la semaine", selon un communiqué de la mission suédoise.

Les missions de Bolivie, d'Egypte, de France, d'Italie, du Sénégal, du Royaume-Uni et d'Uruguay sont associées à cette demande, soit quatre pays européens, deux sud-américains et deux africains.

Le Conseil doit évoquer d'autres sujets à partir de 16H00 HB vendredi et la question de Jérusalem interviendra après, probablement en fin de matinée, a précisé cette même source de la présidence japonaise.

La situation au Proche-Orient sera aussi évoquée lundi par les ministres européens des Affaires étrangères, alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est attendu à Bruxelles.

Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, en dépit des mises en garde de la communauté internationale. L'annonce du déplacement de l'ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv vers la Ville sainte est perçue comme une rupture dans la diplomatie américaine et internationale. Le président américain a revendiqué lors d'une allocution solennelle à la Maison Blanche "une nouvelle approche" sur le conflit israélo-palestinien, assurant tenir une promesse que ses prédécesseurs ont "échoué" à respecter.

"Le département d'Etat va immédiatement engager le processus pour mettre en oeuvre sa décision en lançant les préparatifs pour déménager l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem", a annoncé le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson plus tard dans la soirée.

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) a reçu la nouvelle avec "beaucoup d'amertume, car nous avions envoyé beaucoup de signaux pour faire comprendre que ce n'était pas une bonne solution". La diplomatie belge craint que cette démarche embrase la région.

Les Affaires étrangères ont légèrement adapté leur avis de voyage pour Israël où il est conseillé aux Belges présents à Jérusalem de se tenir à l'écart des manifestations qui ont été convoquées.