International

La Première ministre Theresa May a assuré à son homologue espagnol que le Royaume-uni ne reconnaîtrait pas de déclaration d'indépendance de la Catalogne, a indiqué un porte-parole de Downing street mardi, alors que la crise continue en Espagne entre Madrid et les séparatistes. Les deux chefs de gouvernement se sont entretenus au téléphone dans la journée. "Les deux leaders ont discuté de la situation actuelle en Catalogne. La Premier ministre a répété que le Royaume-uni considère clairement que le référendum n'avait pas de base légale et que toute déclaration d'indépendance unilatérale serait incompatible avec un Etat de droit. Elle a ajouté que le Royaume-uni ne reconnaîtrait pas une telle déclaration d'indépendance", a indiqué le porte-parole.

Cette déclaration intervient plus de deux semaines après le référendum illégal d'autodétermination organisé le 1er octobre en Catalogne. Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy est en plein bras de fer avec les dirigeants catalans, qui envisagent de déclarer l'indépendance de manière unilatérale. Ils estiment que leur cause est légitimée par le référendum, qu'ils disent avoir emporté avec 90% des voix et 43% de participation.

Le 1er octobre, le ministère des Affaires étrangères britannique avait réagi en disant vouloir que "la loi et la Constitution espagnole soient respectées", ajoutant que "l'Espagne est un allié proche et un bon ami, dont la force et l'unité nous importent".

De son côté, la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, avait appelé les autorités espagnoles à respecter "le droit des Catalans à décider de leur propre avenir" dans son discours de clôture du congrès du Parti national écossais (SNP). Lors de ce congrès, le parti indépendantiste avait adopté une motion soutenant l'initiative unilatérale en vue de l'indépendance catalane et demandant à Madrid de "respecter le vote massif en faveur du oui".