International La jeunesse de Brno veut croire en la défaite de Milos Zeman.

Michal fait mine de tomber au ralenti de sa chaise. "Sur les vidéos qui tournent sur les réseaux sociaux, on voit bien que le président Milos Zeman a trop bu, qu’il somnole et qu’il n’a pas l’air en bonne santé" , raconte le jeune homme de 28 ans, attablé à l’Atlas Café, au cœur de Brno. La deuxième ville de République tchèque est située à 200 km au sud-est de Prague, en Moravie-du-Sud, une région surnommée la Silicon Valley d’Europe centrale car elle abrite un grand nombre de centres de recherche et de start-up spécialisées dans les technologies de l’information. Pour Michal, pas de doute : il votera pour le candidat qui a le plus de chances de battre le président sortant, actuel favori du scrutin avec plus de 30 % des voix, à savoir Jiri Drahos. Ce libéral modéré, qui fut président de l’Académie des sciences, est novice en politique, peu charismatique et peu enclin à se prononcer sur les sujets qui fâchent, selon ses supporters, mais il est apprécié pour son sérieux et son humanisme.