Retrouvailles - sans Royal - du PS à La Rochelle

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Le PS a présenté lundi les grandes lignes de son université d'été de La Rochelle, qui démarre vendredi, un rendez-vous sous le signe des retrouvailles après la victoire, mais aussi du "sérieux", alors que la majorité s'attend à une rentrée difficile. Cette grand-messe, qui dure jusqu'à dimanche sera aussi marqué par l'absence de l'ex-candidate à la présidentielle et ex-compagne de François Hollande, Ségolène Royal. Celle qui a dû essuyer une humiliante défaite dans cette ville aux législatives de juin face au dissident Olivier Falorni se rendra au même moment en Afrique du Sud pour le congrès de l'Internationale socialiste, une organisation dont elle est vice-présidente.

M. Falorni a affirmé lundi à l'AFP qu'il se trouverait dans sa ville d'une part pour vaquer à ses occupations de député - mariage, match de rugby, réunions - mais aussi pour "retrouver ses amis socialistes" et que donc il serait "visible" dans les bars et restaurants alentours de l'espace Encan où a lieu le rendez-vous.

Mais cette université d'été sera d'abord pour le PS le premier grand rassemblement "après une année" marquée par "les victoires à l'élection présidentielle et aux législatives", a déclaré David Assouline, porte-parole du parti, en présentant le programme lundi lors de son point de presse hebdomadaire.

Tout le gouvernement est attendu, de nombreux ministres animant rencontres "plénières" et "ateliers". Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault est invité par les jeunes socialistes du MJS samedi en fin d'après-midi pour un questions/réponses portant sur les thématiques de la jeunesse. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, sera là, "pour la première fois dans sa carrière" selon son équipe.

M. Assouline promet donc du "bonheur" à se retrouver, mais prévient aussi que le rendez-vous sera "sérieux" au vu de la "gravité de la situation". En témoignent selon lui, les "sujets abordés" lors des "plénières": l'une abordera le thème de "l'Europe au service des peuples", une autre "redresser l'économie du pays", une autre "reconquérir les classes populaires" ou encore la question de la "politique étrangère de la France".

Surtout, alors que Jean-Luc Mélenchon, l'ex-candidat du Front de Gauche, donne de la voix depuis dimanche, critiquant les 100 jours de "creux" de François Hollande et exhortant l'aile gauche du parti à venir l'aider dans ses combats, le PS tente de resserrer les rangs. La Rochelle sera ainsi "marquée par l'affirmation d'un soutien fort du PS à l'action du gouvernement", a affirmé le porte-parole, même s'il souhaite que le parti "joue son propre rôle". Il a loué le travail "assez exceptionnel" des trois premiers mois et assuré que le "changement avait bien commencé".

Au total, 4.500 personnes - militants, syndicalistes, chercheurs, intellectuels - sont attendues. Fin juin, les instances dirigeantes du PS avaient décidé de maintenir ce rendez-vous à La Rochelle malgré la défaite de Mme Royal. C'est la Première secrétaire Martine Aubry qui viendra clore ce rendez-vous dimanche midi. Les socialistes auront ensuite rendez-vous deux mois plus tard pour le Congrès de Toulouse, lors duquel Mme Aubry devrait quitter la direction du parti, "si tout se passe comme elle le souhaite", a-t-elle récemment déclaré, en particulier si le parti a avancé sur la rénovation et le rassemblement.

Publicité clickBoxBanner