International

Les Européens ont fraîchement accueilli Donald Trump jeudi lors de sa première visite à Bruxelles, exprimant leur agacement sur les fuites après l'attentat de Manchester. Des informations cruciales de l'enquête sur cette attaque revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique qui a fait 22 morts et 64 blessés lundi soir, notamment des images prises sur le lieu de l'explosion, ont fuité mercredi dans la presse américaine, à la fureur des enquêteurs britanniques.


"Je vais clairement dire au président Trump que les renseignements qui sont partagés entre nos services respectifs doivent rester confidentiels", a indiqué la Première ministre Theresa May à Londres, avant de se rendre à Bruxelles pour le sommet de l'Otan.

Jusqu'ici, la première tournée internationale de M. Trump avait réussi à éviter les controverses lors de ses étapes en Arabie saoudite, en Israël et au Vatican.

"Stop Nato 2017"

Une trentaine de personnes se sont attachées vers 14h30 au carrefour entre le boulevard Léopold III et l'avenue Jules Bordet à Evere, dans le cadre de l'initiative "Stop Nato 2017". La police est sur place pour libérer le passage. Peu avant 15h00, aucune arrestation n'avait eu lieu, selon la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles, Ilse Van De Keere. Les militants se sont reliés par les bras avec des tubes. Ils sont attachés entre eux depuis l'intérieur du tuyau, ce qui demande du matériel particulier et du temps pour les détacher.

Leur objectif est de retarder l'arrivée des délégations et de perturber ainsi le début de la réunion spéciale de l'Otan à laquelle participent les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 pays membres, dont le président américain Donald Trump.