International

Le "Printemps arabe" pourrait accoucher au Moyen Orient d’une sorte de califat, où les Frères musulmans joueraient dans un premier temps un rôle central, suivis par des salafistes, "plus cohérents et plus engagés". C’est l’une des prédictions que fait l’Américain Robert Baer dans cette interview accordée à "La Libre Belgique", par téléphone, depuis New York.

Robert Baer, vous avez été agent de la CIA pendant vingt et un ans, principalement au Moyen-Orient. Que pensez-vous de ce qui se passe en Syrie ?

J’ai vécu à Damas pendant les années quatre-vingts et y suis revenu par la suite. Je comprends la famille al Assad et les alaouites jusqu’à un certain point. Ils vivent retranchés dans une forteresse et ne peuvent pas se rendre. Il y aura inévitablement une sorte de guerre civile. Il n’y a pas de porte de sortie, plus moyen de revenir en arrière avec ce niveau de violence. Si les alaouites devaient battre en retraite avec leurs armes et leur argent, il y aurait d’énormes déplacements de population de Homs et de Damas. Ce serait vraiment une situation révolutionnaire s’ils étaient forcés de partir. C’est un conflit sectaire.

Sectaire ?

Sunnites, chrétiens et alaouites... ces divisions alimentent le conflit. Le vrai problème est que les sunnites des grandes villes voient les alaouites comme des intrus. Un peu comme les sunnites de Bagdad ont vu les chiites comme des intrus. La plupart des Syriens sunnites voient les alaouites comme des apostats qui ne respectent pas le vrai islam, et ils ne peuvent le tolérer. Ensuite, il y a cette corruption rampante en Syrie qui est devenue pire avec Bachar. Quand je vivais en Syrie, c’était un Etat totalitaire ; vous ne pouviez pas comme étranger donner un pot-de-vin. La dernière fois que j’y suis allé, les gens du ministère de l’Information sollicitaient les pots-de-vin. Ce fut un choc pour moi.

A Damas, les gens se plaignent d’être les otages d’un conflit beaucoup plus large, qui implique l’Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar. Ont-ils raison ?

Non. Ces divisions remontent à bien plus loin. Il est évident que la télévision Al Jazeera, du Qatar, a mis de l’huile sur le feu, mais les ingrédients étaient déjà là. Quant à la Turquie, elle ne comprend pas ce qui se passe en Syrie. S’il y a une influence étrangère, elle vient de Tripoli (NdlR : la grande ville du Nord Liban, le fief sunnite de Saad Hariri). La Turquie pourrait bénéficier économiquement de la chute du régime Al Assad et de l’influence décroissante de l’Iran, mais ne peut pas alimenter à elle seule l’insurrection. Et pas plus le Qatar. Le pays n’a même pas un service de renseignement. Le sheikh Karadawi se trouve au Qatar et alimente la révolte arabe. Mais les divisions syriennes existent depuis longtemps.

Pour l’Iran, la Syrie est un chaînon vital ?

Oui, c’est vital parce qu’ils croient que la révolution iranienne est le moteur du monde arabe et qu’ils ne peuvent pas perdre. Mais l’Iran ne peut pas influencer réellement la Syrie. Ils peuvent donner de l’équipement via l’Irak et de l’aide économique. Mais ce n’est pas décisif. Le Hezbollah (NdlR, pro-iranien) soutient le régime d’Assad mais ne veut pas être impliqué dans une guerre civile au Liban. La situation est imprévisible.

Etes-vous favorable à une intervention militaire occidentale en Syrie ?

Non, car chaque fois que l’Ouest s’implique dans une guerre, il multiplie les dommages. L’invasion de l’Irak en 2003 est une des catastrophes majeures du XXIe siècle. Ils ont détrôné un tyran. Et ils ont rouvert les divisions ethniques. Une intervention militaire en Syrie affecterait toute la région, y compris la Jordanie et le Liban. Il y aura une division plus profonde entre la Turquie et l’Iran. La situation deviendra hors contrôle, et l’on verra une guerre régionale. Vous ne pouvez pas voir dans cette région des guerres civiles locales se multiplier sans déboucher sur une guerre régionale.

On s’inquiète en Europe de voir que le printemps arabe a débouché sur l’arrivée au pouvoir des islamistes. Faut-il s’en inquiéter ?

C’était totalement prévisible ! On a parlé de révolution "Twitter" ou "Facebook", mais il y a une totale incompréhension de cette partie du monde de la part des Etats-Unis.

Nous sommes en train de voir l’émergence d’une sorte de califat. La force dominante dans ces pays sont les Frères musulmans. Ils sont organisés. Ils promettent de combattre la corruption, une promesse qui n’a pas encore été testée.

Les Frères musulmans sont comme Alexandre Kerensky, lors de la révolution russe. Ils disent tout ce qu’il faut dire. L’étape suivante risque de voir émerger les salafistes, les plus cohérents et les plus engagés (NdlR, Kerensky fut l’un des avocats de la lutte contre le régime tsariste, mais fut balayé ensuite par les bolcheviques).

Pour en revenir à la Syrie, est-ce que les Russes peuvent trouver un dénouement diplomatique ?

Non. Tout ce qu’ils peuvent faire, c’est postposer une décision des Nations unies. Mais il n’y a rien que puisse faire l’Onu. C’est comme en Libye. On a pu précipiter la chute de Kadhafi, mais je ne vois pas d’autre solution en Libye que les Frères musulmans. Et même avec eux au pouvoir, il y aura des divisions entre Tripoli et Benghazi. Vous pouvez détruire un pouvoir centralisé, mais au bout du compte, vous vous retrouverez avec les mêmes divisions ethniques qui existaient auparavant. Ce sera la même chose en Syrie.

L’Egypte reste-t-elle un pays central dans le monde arabe ?

Oui, ce qui s’y passe est important. L’Egypte pourrait être un modèle. Les militaires vont tenter de se maintenir au pouvoir le plus longtemps possible, mais finalement, ils devront céder. Par ailleurs, je ne vois pas comment la monarchie jordanienne pourra se maintenir si nous avons une vraie révolution dans une Egypte dirigée par les Frères musulmans, en Syrie et avec un Irak divisé.

Sommes-nous en train d’assister à une révolution ?

Oui. Il suffit que l’un de ces pays réussisse. Mais, pour le moment, c’est plus vers une guerre civile régionale que l’on tend, comme la guerre de cent ans. Les frontières de la région ont été fixées arbitrairement. Et au milieu de tout cela, vous avez cette chose étrange qu’est Israël. On l’ignore pour le moment. Mais si j’étais israélien, je serais terrifié.