Romney assure qu'il s'occupe de "100%" des Américains

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Mitt Romney assure qu'il fait campagne auprès de "100% de l'Amérique". Le candidat républicain à la Maison Blanche tente de rectifier le tir après avoir été surpris en train de déclarer qu'il ne s'occupait pas des 47% d'Américains qui selon lui ont une mentalité d'assistés.

"Ma campagne concerne 100% de l'Amérique", a déclaré Mitt Romney mercredi soir à Miami (Floride, sud-est). "La question dans cette campagne n'est pas de savoir qui s'occupe des pauvres et de la classe moyenne. Je le fais. (Obama) le fait. La question est de savoir qui peut aider les pauvres et la classe moyenne. Je le peux. Il ne le peut pas", a-t-il lancé un peu plus tôt à Atlanta (Géorgie), au nord-ouest de Miami.

L'ancien gouverneur du Massachusetts s'efforce de réparer les dommages causés par la diffusion lundi soir d'un enregistrement filmé à son insu lors d'une soirée avec de riches donateurs. Il y déclarait que ce n'était pas son "boulot de s'occuper" des 47% d'Américains trop pauvres pour payer des impôts car leur dépendance aux programmes sociaux les ferait voter pour le président sortant Barack Obama.

Il a déjà tenté de se justifier en rappelant sa promesse de créer 12 millions d'emplois d'ici 2016 s'il était élu le 6 novembre prochain, afin que davantage d'Américains gagnent plus pour payer des impôts et bénéficier des abattements prévus dans son programme. Il a opposé le principe de création de richesse individuelle à celui de redistribution de la richesse.

Le camp démocrate s'est emparé de ses déclarations sur les "47%" pour marteler son message d'un Romney multi-millionnaire éloigné des réalités de l'Américain moyen. Même des républicains ont critiqué les propos de leur candidat, à moins de sept semaines d'une présidentielle qui reste très serrée, avec un léger avantage pour Obama, selon les sondages réalisés avant la diffusion de la vidéo cachée.

Une enquête GfK réalisée pour l'agence Associated Press crédite Barack Obama de 47% d'intentions de vote contre 46% à Mitt Romney, et un autre pour NBC News/"Wall Street Journal" donne le président sortant à 50% contre 44% pour son rival.

Publicité clickBoxBanner