Russie: premiers cas de fraudes observés dans le scrutin

Caroline GRIMBERGHS Publié le - Mis à jour le

Vidéo
International A 11h30, heure de Moscou, l'ONG de défense des droits électoraux Golos a tenu sa première conférence de presse en vue de relayer les premiers cas de fraudes observés. Golos révèle qu'un certain nombre de listes d'électeurs contiennent le nom de personnes décédées ou parties à l'armée et donc concrètement dans l'incapacité de se rendre aux urnes. De plus, environ 20% des "plaintes" relayées à l'ONG concernerait des bureaux de vote dans lesquels les urnes sont déplacées hors de la vue des observateurs.

Traversée par 9 fuseaux horaires, la Russie vote depuis plusieurs heures maintenant. Les derniers bureaux seront clôturés à 17h GMT, à Kaliningrad.

A Moscou, les électeurs se rendent aux urnes depuis 8h ce matin (4H GMT). À deux pas de la Place Rouge, le bureau de vote n° 152, installé rue Tsverskaya, accueille les électeurs depuis les premières lueurs de l’aube. Il a neigé sur Moscou cette nuit et la ville est recouverte d’un léger manteau blanc.

Devant le bureau de vote, des dizaines de militaires coiffés de la chapka traditionnelle attendent leur tour : deux par deux, ils se rendent à l’intérieur pour déposer leur précieuse voix dans l’urne. Celle-ci aura été préalablement vérifiée par les observateurs présents en nombre pour s’assurer que l’élection présidentielle soit la plus honnête possible. C’est la raison pour laquelle Julian Spektor, jeune Russe de 21 ans, s’est proposé au poste d’observateur. Il officie dans le bureau de vote n°153, installé dans les locaux d’une école sur Petrovka. Ils sont une dizaine, de tous âges et de toutes conditions, à observer le déroulé du processus électoral dans ce bureau.

Dans les haut-parleurs, la musique d’église se partage l’ambiance avec les tubes d’Amy Winehouse. Dans un coin, un agent du KGB s’assure que le calme règne. Les Russes se succèdent dans les six isoloirs puis déposent, religieusement, leur bulletin dans l’urne.

"Nous n’avons pas encore observé de problèmes dans ce bureau de vote" explique Julian. "Mais le plus grand risque, c’est lorsque les gens arrivent avec un papier leur donnant l’autorisation spéciale de voter dans un autre district que le leur. Du coup, nous avons plus de votants que les 2180 personnes inscrites sur les listes. Et c’est là que le risque de fraudes devient le plus important".

Pour limiter ce risque au maximum, Kirill Malyukov, 24 ans, sera l’observateur armé d’une caméra. En cas de fraude visible, il pourra disposer d’une preuve. "Je ne suis pas sûr que cette élection sera honnête à 100%" explique-t-il. "Mais nous devons faire de notre mieux. C’est la raison pour laquelle je suis observateur cette fois-ci. Je pense qu’à Moscou nous sommes suffisamment nombreux pour que le processus soit juste".

Ni Julian ni Kirill ne veulent voter pour Vladimir Poutine. Kirill ne sait pas encore, dit-il, sur qui se portera son choix. Il décidera au dernier moment entre Ziouganov, comme en 2004, ou Mikhaïl Prokhorov, qui a le mérite ‘de ne pas être un vieux politicien comme tous les autres’. "Mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il est le meilleur !" tempère tout de suite Kirill. "Je sais simplement que je ne veux pas voter pour Poutine. Je sais qu’il sera Président mais je ne veux pas le voir passer au premier tour" explique-t-il. Julian, lui, a décidé de rendre son bulletin nul : il votera pour plusieurs candidats, ce qui n’est pas autorisé, car, dit-il, "aucun des candidats ne représente mon choix. Je ne fais confiance à aucun d’entre-eux".

En cas de deuxième tour, les noms les plus souvent cités sont ceux de Ziouganov, le candidat du Parti Communiste et celui du milliardaire Mikhaïl Prokhorov qui réalise, dans les sondages en ligne, une remontée fantastique ces derniers jours. Poutine, même s'il a nettement perdu en popularité, reste crédité d'environ 60% des voix, selon les derniers sondages. Il pourrait l'emporter dès le premier tour comme lors de son élection pour ses deux premiers mandats de Président en 2000 et 2004.

Publicité clickBoxBanner