International

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini "n'est pas arrivé au pouvoir par effraction" selon l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, qui a accusé vendredi "les dirigeants européens" d'avoir "nourri la bête" en laissant à l'Italie un poids trop lourd dans la gestion des migrants.

"Le monstre Salvini n'est pas arrivé au pouvoir par effraction, il est arrivé au pouvoir parce que les dirigeants européens ont nourri la bête", a assuré le député dans un entretien à l'Opinion.

"L'Italie s'est sentie depuis des années et des années abandonnée par l'Europe. (Elle) a été confrontée à un afflux de 700.000 réfugiés et les autres dirigeants européens ont mis la tête dans le sable, voire pire puisque la France a rétabli une frontière de fer avec l'Italie pour refouler tous les réfugiés, y compris parfois dans des conditions qui ne sont pas légales", a-t-il dit.

"Personne ne dit que l'accueil des réfugiés c'est simple. Ce qui est certain c'est que si nous n'abordons pas cette question en solidarité, en responsabilité, ce ne sont pas des gouvernements populistes qui vont arriver, c'est la fin des principes, des valeurs de l'Union européenne", a prédit l'élu EELV.

L'Italie et son ministre de l'Intérieur ont crié "victoire" lundi après l'accord de l'Espagne pour accueillir un navire chargé de 629 personnes secourues en Méditerranée.

Emmanuel Macron, dont le gouvernement a subi lui-même un feu de critiques pour ne pas avoir proposé d'accueillir le navire, avait dénoncé "la part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien" après son refus d'accueillir l'Aquarius, déclenchant la colère du gouvernement italien.

Le chef de l'Etat et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte se rencontreront tout de même à l'Elysée vendredi pour tenter de clore une semaine de fortes tensions entre Paris et Rome.

"Bien sûr qu'on aurait dû faire cette offre-là (accueillir l'Aquarius, ndlr)", a jugé un peu plus tard M. Jadot sur RMC, appelant surtout à revoir le règlement de Dublin.

"D'une certaine façon, le nouveau gouvernement italien nous impose de modifier les politiques européennes aujourd'hui et on en a l'opportunité avec l'arrivée d'un nouveau gouvernement en Espagne", a-t-il souligné.