International C'est en 2015 que le jeune Tunisien de 25 ans, Aymen, a sauvé deux enfants d'un incendie. Il est désormais menacé d'expulsion.

Comme Mamoudou Gassama, Aymen est devenu un héros en sauvant la vie de deux enfants. Et pourtant, contrairement au jeune Malien qui a grimpé quatre étages pour sauver un enfant suspendu dans le vide, le jeune Tunisien Aymen est prié de quitter la France, rapporte "le Parisien".

Les faits remontent au 10 avril 2015. Arrivé en France deux ans plus tôt, le jeune homme entend ce jour-là les appels au secours d’une mère de famille, dans une rue de la commune de Fosses, dans le Val-d'Oise. "Mes enfants ! Mes enfants !", crie la jeune femme.

Les enfants sont coincés dans la cuisine, qui est en feu. Avec deux amis, Aymen décide alors de monter dans les étages pour chercher les deux enfants, âgés de 19 mois et 4 ans, et parvient à leur porter secours. "En sortant, un ami s’est mis à vomir à cause de la fumée respirée", raconte-t-il au Parisien.

"Quelle malchance de ne pas avoir été filmé!"

Aucune caméra n'a à l'époque capté cet acte de bravoure. Les trois héros ont quitté discrètement les lieux. La mère des deux enfants a du lancer un appel pour les retrouver et les remercier. 

Ce geste leur a finalement valu la médaille de la Ville, remise par le maire de Fosses. Celui-ci est intervenu personnellement en 2017 auprès des services de l’Etat pour que le jeune homme obtienne des papiers, se portant garant de sa moralité. En vain. Une médaille, mais pas de papiers. Les autorités ont refusé toute régularisation.

"Je lance un appel au président de la République afin d’être reçue et pour qu’il m’explique comment hiérarchiser les actes de bravoure", déclare l'avocate d'Aymen. "Faut-il considérer que sauver un bébé en escaladant un immeuble est plus héroïque que braver les flammes pour sauver deux enfants ? Quelle malchance de ne pas avoir été filmé !"

La préfecture a, quant à elle, réagi ce vendredi: "S’il est confirmé que ce jeune homme a sauvé des enfants, bien entendu nous allons réexaminer son dossier et suspendre l’OQTF [obligation de quitter le territoire français]. Nous allons prendre le temps nécessaire pour déterminer l’intervention et le rôle qu’il a eu".