International

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi que les Etats-Unis avaient une "certaine responsabilité" dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, estimant qu'il n'y avait pas de preuves suffisantes d'une implication de l'Arabie saoudite. 

"Pour autant que je sache, le journaliste qui a disparu vivait aux États-Unis. Dans ce sens, bien sûr, les États-Unis ont une certaine responsabilité dans ce qui lui est arrivé", a affirmé M. Poutine au cours d'un forum organisé à Sotchi, dans le sud-ouest de la Russie. 

Pour le président russe, Moscou "ne peut pas commencer à détériorer ses relations" avec l'Arabie saoudite alors qu'"on ne sait pas ce qui s'est vraiment passé".

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, qui vivait exilé aux Etats-Unis depuis 2017 et critique du pouvoir à Ryad, a disparu le 2 octobre après être entré au consulat saoudien à Istanbul. Mercredi, un journal progouvernemental turc, affirmant s'appuyer sur des enregistrements sonores réalisés à l'intérieur du consulat, a rapporté que le journaliste y avait été torturé avant d'être "décapité" par des agents saoudiens. L'Arabie saoudite nie ces allégations.

Depuis quelques jours, de plus en plus de ministres et de responsables des milieux économiques annulent leur participation à un sommet économique saoudien à Ryad la semaine prochaine, exprimant leur inquiétude quant à la disparition du journaliste.

Cette conférence est organisée par le fonds souverain saoudien et doit servir de vitrine des réformes économiques entamées par le prince héritier Mohammed ben Salmane.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, doit décider ce jeudi s'il s'y rendra, tandis que le président américain Donald Trump nie chercher à "couvrir" ses alliés saoudiens.

Vladimir Poutine a rencontré le prince héritier saoudien avant l'ouverture de la Coupe du monde de football cet été à Moscou.