International Depuis six semaines, des milliers de citoyens se rassemblent chaque jour à 18 heures dans le centre de Banja Luka, la capitale de la Republika Srpska (RS), "l’entité serbe" d’une Bosnie-Herzégovine toujours divisée. Poing levé, ils rendent hommage à un jeune homme de 21 ans, David Dragicevic, retrouvé mort le samedi 24 mars. "Ce n’est pas le poing de la révolution. C’est le poing de David et c’est mon poing. C’est le poing qui n’est levé que pour rechercher deux choses : la justice et la vérité".(...)