International

Le président syrien Bachar al-Assad a appelé mardi les habitants de la province méridionale de Soueida, à majorité druze, à faire le service militaire, quelques jours après la libération de femmes et d'enfants de cette minorité des mains du groupe Etat islamique (EI). La communauté druze, une branche de l'islam chiite, se concentre essentiellement dans la province de Soueida et comptait environ 700.000 personnes avant le début du conflit, soit à peu près 3% de la population syrienne.

Depuis 2011, des milliers de druzes, notamment ceux de Soueida, refusent de faire le service militaire obligatoire, s'engageant dans des milices locales qui assurent la défense de leurs régions.

Damas a laissé faire tant que ces milices druzes ne s'alliaient pas à des groupes opposés aux troupes du régime.

S'adressant à une délégation d'anciens otages et à leurs familles, M. Assad a remercié l'armée "sans qui les personnes enlevées n'auraient pas été libérées".

"Nous avons une grande dette envers (l'armée), et vous (...) votre responsabilité est d'autant plus grande", a-t-il ajouté dans une vidéo publiée sur les comptes Telegram de la présidence.

Selon lui, la première action à entreprendre pour soutenir l'armée est de s'engager" en son sein, en faisant son service militaire.

Le groupe Etat islamique (EI) avait enlevé le 25 juillet une trentaine de druzes, principalement des femmes et des enfants, après une série d'attentats suicide et d'assauts coordonnés visant cette communauté à Soueida.

Ces attaques avaient fait plus de 250 morts, un des bilans les plus lourds contre la communauté druze depuis le début de la guerre.

Le 8 novembre, les autorités ont annoncé la libération par l'armée de tous les otages.

Selon M. Assad, si les druzes avaient été enrôlés dans le service militaire, l'armée aurait été présente dans la région visée par les djihadistes.