International Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition syrienne, a appelé les Nations unies à intervenir "de toute urgence" pour mettre fin aux violences en Syrie, au lendemain d'une journée particulièrement sanglante avec plus de 120 morts à travers le pays.

"Nous appelons le Conseil de sécurité de l'ONU à intervenir de toute urgence pour arrêter la catastrophe humanitaire engendrée par le régime contre le peuple syrien sans armes, en adoptant une résolution (contraignante) sous l'article 7 pour assurer la défense des civils", annonce le CNS dans un communiqué.

"Croire aux promesses de ce régime barbare (...), c'est lui permettre d'avancer dans son plan criminel pour déchirer la Syrie et baigner ce pays dans le sang", ajoute le CNS alors qu'un plan de sortie de crise prévoit le retrait de l'armée des villes mardi et la fin des combats 48 heures plus tard.

"En quelques heures (samedi), plus de 100 martyrs ont été massacrés par la machine de guerre d'Assad", a insisté le CNS.

Au total, depuis "l'annonce trompeuse de son acceptation du plan" de sortie de crise de l'émissaire international Kofi Annan le 2 avril, "le régime a commis des massacres sauvages ayant coûté la vie à près de 1.000 personnes", assure le CNS.

"Le CNS et l'Armée syrienne libre (ALS, formée de déserteurs) ont annoncé leur coopération" avec le plan de M. Annan "et les efforts internationaux pour arrêter le bain de sang et lancer une opération politique visant à transférer le pouvoir des mains du clan Assad au peuple syrien", ajoute le communiqué.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, les violences ont fait au moins 128 morts samedi en Syrie: 86 civils, dont près de la moitié dans l'attaque de la ville de Latamna, près de Hama (centre), 26 soldats et 16 combattants déserteurs.