Syrie: la Turquie en appelle à l'intervention de l'ONU

Publié le - Mis à jour le

International

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a annoncé vendredi avoir demandé aux Nations unies et à la communauté internationale d'"intervenir" face à l'afflux de réfugiés syriens dans son pays, dont le nombre a atteint 24.000. "J'ai appelé d'urgence dans la nuit le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pour évoquer la question des réfugiés", a déclaré le ministre à la presse.

Indiquant avoir expliqué que l'armée syrienne menait des opérations dans des zones proches de la frontière, provoquant un flot de réfugiés en territoire turc, le ministre a ajouté: "la Turquie a accordé et continuera d'accorder avec tous ses moyens l'hospitalité à ses frères syriens (...) Mais s'il y a un plus grand exode, les Nations unies et la communauté internationale doivent intervenir."

Le ministre n'a pas précisé ce qu'il attend précisément de l'Onu. "La communauté internationale doit jouer un rôle plus clair (...) plus actif", a-t-il insisté, ajoutant: "Ceux qui accordent un délai à (Bachar) al-Assad doivent comprendre que cette question se transforme en un fléau international". Auparavant, un diplomate turc avait indiqué que M. Davutoglu avait demandé au secrétaire général d'"envoyer ses responsables pour se rendre compte de la situation sur le terrain", en Turquie.

Vendredi, le nombre des réfugiés syriens hébergés en Turquie s'établissait à environ 24.000, selon des sources officielles, avec un bond de plus de 2.800 entrées au cours des dernières 36 heures, soit plus du double du précédent record sur un jour.

Cet afflux de réfugiés coïncide avec une recrudescence des combats dans la zone d'Idleb, au nord, à l'approche de la date butoir, le 10 avril, pour un retrait des troupes syriennes en vertu d'un accord conclu entre M. Assad et le médiateur international Kofi Annan.

Les réfugiés sont entrés en Turquie pour la plupart par Reyhanli, au sud, petite ville turque située juste à la frontière commune mais aussi plus à l'est vers Kilis, au sud-est. Ils ont été pris en charge par les forces de sécurité turques et orientés vers des camps de réfugiés.

Des villageois du côté turc de la frontière ont dit jeudi aux médias turcs avoir entendu les bruits d'affrontements en Syrie.

La Turquie, qui a rompu avec son ex-allié syrien, a installé huit camps de toile et un camp de maisons préfabriquées dans trois provinces situées à la frontière avec la Syrie. Outre les réfugiés, des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) sont installés dans un de ces camps.

Publicité clickBoxBanner