Syrie: plus de cent morts dans de nouveaux combats

AFP Publié le - Mis à jour le

International

La Turquie a joué l'apaisement après avoir admis que l'avion de chasse turc abattu la veille par les forces syriennes a pu violer involontairement l'espace aérien de la Syrie.

Sur le plan politique, un nouveau gouvernement a été annoncé à Damas au sein duquel l'ancienne garde a été maintenue mais incluant pour la première fois un portefeuille de "réconciliation nationale", même si le régime ne reconnaît pas l'ampleur de la contestation et l'assimile à du "terrorisme".

Quoiqu'il en soit, ce gouvernement n'a aucune incidence sur la gestion de la crise, les clés du pouvoir étant tenues par le clan du président Bachar al-Assad, déterminé à en finir "à n'importe quel prix" avec la révolte lancée le 15 mars 2011.

Le régime a intensifié ces derniers jours la répression avec le pilonnage sans relâche des bastions rebelles à Homs (centre), Deir Ezzor (est), Idleb (nord-ouest), Deraa (sud) et près de Damas, des assauts et des opérations sécuritaires, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Samedi a encore été une journée particulièrement sanglante avec la mort d'au moins 102 personnes, a précisé l'OSDH. Parmi les morts figurent 69 civils, dont une famille de six membres et plusieurs enfants.

Dix-neuf soldats ont péri dans les combats avec les rebelles dont quatre ont été tués, alors que dix militaires qui tentaient de faire défection près de Damas ont été abattus, a ajouté l'ONG.

La veille, 116 personnes avaient trouvé la mort dans les violences, le nombre de victimes approchant la centaine quasiment tous les jours cette semaine. duperie et réitéré son appel au départ de M. Assad. "C'est le clan (d'Assad) qui gouverne. Il n'y a aucun véritable changement".

Publicité clickBoxBanner