International

L'armée israélienne a publié vendredi des images satellite de sites présentés comme militaires iraniens, visés la veille en Syrie par une opération d'envergure appelée "château de cartes", qui fait redouter un conflit ouvert entre les deux ennemis. L'armée israélienne a frappé jeudi matin ce qu'elle a présenté comme des dizaines de cibles militaires iraniennes en Syrie, en représailles au tir, par les forces iraniennes selon elle, d'une vingtaine de roquettes contre ses positions sur le Golan, de l'autre côté de la ligne de démarcation.

Après des décennies d'hostilité à distance et des semaines de tensions grandissantes autour du théâtre syrien, il s'agit de la plus grave confrontation entre intérêts israéliens et iraniens depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011. "Château de cartes", qui a engagé 28 appareils F-15 et F-16 selon le ministère russe de la Défense, est décrite comme la plus importante opération aérienne israélienne en Syrie depuis 1974, au lendemain de la guerre du Kippour.

Si l'implication iranienne était confirmée, ce serait la première fois que l'Iran attaquerait le territoire sous contrôle israélien. L'Iran a cependant accusé Israël vendredi d'inventer des "prétextes" pour frapper en Syrie.

L'armée israélienne a publié vendredi des photos satellite de ce qu'elle décrit comme quatre centres de renseignement iraniens en Syrie pris pour cibles la veille à Tel Gharba, Tel Kleb, Tel Nabi Yusha, Tel Maqdad. Elle a aussi publié des images d'un complexe militaire à al-Kiswa et d'un complexe logistique situé à une dizaine de kilomètres de Damas.

L'armée avait publié jeudi soir la vidéo de la destruction d'une batterie syrienne antiaérienne de type SA22 qui avait ouvert le feu sur les appareils israéliens.

Les batteries syriennes ont tiré des dizaines de missiles en direction des appareils israéliens, a dit l'armée qui a affirmé avoir détruit des batteries - cinq selon la presse - de type SA5, SA2, SA22, SA17.

Les avions israéliens sont tous rentrés indemnes à leur base, a dit l'armée.

Le calme règne à nouveau du côté israélien du plateau du Golan. La presse relevait vendredi "l'écrasante" supériorité militaire ainsi que l'efficacité du renseignement affichées par l'armée israélienne, tout en se demandant si l'Iran en resterait là après ce que le quotidien Haaretz qualifiait de "flop total" iranien.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman, qui s'est rendu vendredi sur le Golan, a exhorté le président syrien Bachar al-Assad à "mettre les Iraniens dehors".

"Je ne crois pas que ce soit complètement terminé", a dit M. Lieberman en parlant de la confrontation avec l'Iran, "nous surveillons attentivement la situation et nous devançons les évènements de manière responsable et résolue".