International

Le Front national ? "Tête haute et mains propres." Les autres partis ? "Les copains et les coquins." C’est ce que Jean-Marie Le Pen a martelé, pendant des décennies. Mais voilà son parti désormais cerné par les juges, et donc contraint de prouver le bien-fondé de ses deux slogans historiques. Rapide tour d’horizon des soupçons qui pèsent sur le FN, outre l’affaire qui lui a valu deux perquisitions, ces jours-ci.

Des montages financiers frauduleux ? Une demi-douzaine de responsables du FN ou de sociétés amies ainsi que le parti lui-même, en tant que personne morale, sont mis en examen pour escroquerie, abus de bien social, complicité et recel de ces délits. Le Front est soupçonné d’avoir frauduleusement capté de l’argent public, au titre de financement électoral. Par le biais de montages opaques entre lui-même, le microparti de Marine Le Pen et une agence de communication dirigée par ses proches. En 2012, cette société aurait surfacturé des prestations au parti, qui se les serait ensuite fait rembourser. Le FN a toujours réduit ce dossier à "un néant absolu".

Un patrimoine familial sciemment sous-estimé ? Marine et Jean-Marie Le Pen encourent tous deux jusqu’à trois ans de prison, dix ans d’inéligibilité et 45 000 euros d’amende. Depuis que la Haute autorité française pour la transparence a transmis au parquet financier les déclarations de patrimoine que le duo a rédigées pour l’exercice 2014. "Un doute sérieux" pèse sur "l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité" de ces documents, qui seraient entachés par une "sous-évaluation manifeste" de certains actifs immobiliers détenus par le père et la fille, en région parisienne Marine Le Pen a saisi le Conseil d’Etat pour "excès de pouvoir", dénonçant "une volonté de nuire désormais systématique et outrancière". Son père réduit ces soupçons à du "harcèlement républicain, social et psychologique".

Une fraude fiscale aggravée ? Depuis l’automne dernier, Jean-Marie Le Pen est visé par une plainte du fisc pour fraude fiscale aggravée et blanchiment de cette fraude. Elle fait suite à la découverte d’un compte bancaire non déclaré en Suisse, abondé à hauteur de plus de deux millions d’euros, dont une bonne part sous forme de lingots et de pièces d’or. Via une société basée aux îles Vierges britanniques, ce compte appartiendrait à l’assistant personnel et majordome de l’octogénaire. Ce dernier a déjà été perquisitionné plusieurs fois, et sans ménagement, dans le cadre de ce dossier. Il "dément avoir de quelque façon que ce soit transgressé la loi".

Des emprunts russes douteux ? Des députés PS ont réclamé la constitution d’une commission parlementaire d’enquête à propos des neuf millions d’euros que le FN, en 2014, a empruntés à une banque russe réputée proche du Kremlin. Le Code électoral interdit à tout candidat à des élections en France de "recevoir, directement ou indirectement, pour quelque dépense que ce soit, des contributions ou aides matérielles d’un Etat étranger ou d’une personne morale de droit étranger".