International

Six soldats ont été tués lundi en Thaïlande par l'explosion d'une bombe alors qu'ils patrouillaient dans le sud près de Pattani, une région en proie à un conflit armé séparatiste, a annoncé la police. Les musulmans locaux revendiquent plus d'autonomie pour cette zone, frontalière de la Malaisie, qui n'a été rattachée à la Thaïlande, majoritairement bouddhiste, qu'au début du XXe siècle.

Depuis 2004, plus de 6.800 personnes ont été tuées dans cette région, en majorité des civils.

"Une dizaine de soldats se trouvaient en patrouille à bord d'un véhicule de l'armée quand une bombe a explosé sur le bord de la route. Six ont été tués et quatre autres blessés", a indiqué un reponsable de la police du district de Pattani.

Soldats, enseignants, élus et collaborateurs locaux des forces de l'ordre sont considérés comme des traîtres par les rebelles, qui ont pour habitude de ne pas revendiquer leurs attaques.

Ce conflit oublié de la scène internationale, qui dure depuis plus de 10 ans, a attiré l'attention après une série d'attentats à la bombe contre des stations balnéaires du pays en août 2016.

Le groupe Barisan Revolusi Nasional (BRN), né après une scission dans les armées rebelles il y a quelques années, est soupçonné d'être derrière la grande majorité des attaques les plus violentes.

La junte thaïlandaise, au pouvoir depuis un coup d'Etat en mai 2014, a toujours refusé de négocier avec ce groupe même s'il représente la majorité des insurgés. Mais elle a repris les pourparlers avec d'autres groupes rebelles, sans succès jusqu'ici.