International Il y a dix-sept ans, les Etats-Unis étaient frappés en plein cœur par le terrorisme. De cette journée noire pour le monde occidental reste notamment "The Falling Man" ("L'homme qui tombe"), un cliché parmi tant d'autres qui résume le 11 septembre 2001.

Il est 8h46 à New York quand le vol 11 d'American Airlines, parti de Boston, percute la tour nord du World Trade Center, symbole de la grandeur et de la puissance économique de l'Amérique, entre les 93e et 99e étages.

Un peu plus d'une heure après l'impact, laps de temps durant lequel d'autres avions allaient percuter consécutivement la tour sud du WTC et le Pentagone, Richard Drew réalisait une série de clichés dont l'un d'eux allait rester gravé dans les mémoires.

Repris par certains journaux comme The Morning Call ou The New York Times le 12 septembre, "The Falling Man" raconte à lui seul le calvaire vécu par les employés des deux tours en ce mardi matin. Servant rapidement d'illustration à ces attaques terroristes revendiquées par Al Qaïda, le cliché a également été au cœur d'un tabou. Jugée trop choquante et faisant allusion trop frontalement au drame, la photographie avait été retirée des archives durant deux ans jusqu'à ce que le magazine Esquire la réutilise en 2003.

"J'ai commencé à photographier les lieux", racontait, il y a deux ans, le photographe de l'Associated Press (AP) au magazine Time. "Je prenais en photo le building en feu quand quelqu'un m'a dit 'Regardez, il y a des gens en train de tomber', et instantanément j'ai pris mon appareil et capturé ces chutes jusqu'à en arriver à ce qu'on appelle aujourd'hui The Falling Man."

Ce dernier faisait partie des centaines de personnes prises au piège dans la tour quand il a décidé de se jeter de celle-ci, ne voyant pas d'autre alternative, et d'être capturé par l'objectif à 9h41 et 15 secondes.

"C'est un cliché très apaisant, qui ne ressemble pas à d'autres, très violents, issus de désastres", poursuivait Richard Drew. "Il n'y a pas de sang, pas de coups de feu mais les gens y réagissent car ils ont l'impression d'y être liés et d'avoir pu se retrouver dans la même situation."

Dix-sept ans après les faits, on estime à environ 200 le nombre de personnes ayant décidé de se lancer dans une chute vertigineuse de plus ou moins dix secondes. "Je n'ai jamais regretté d'avoir pris ce cliché, même si c'est l'un des seuls montrant clairement une personne en train de mourir."

A ce jour, l'identité de cette personne reste encore inconnue mais on pense qu'il s'agissait d'un employé du restaurant situé au sommet de la tour nord.

© AP
© Reporters
© Reporters

© Reporters
© Reporters
© Reporters
© Reporters
© Reporters