International

Tour Eiffel fermée, TGV ralentis, transports routiers et scolaires perturbés... La neige affectait mardi la moitié nord de la France, où des températures glaciales ont conduit 22 départements à activer leur plan "grand froid".

L'épisode neigeux "notable et durable" rend les conditions de circulations difficiles sur un axe allant des Pays de la Loire et du Poitou aux Ardennes, en passant par l'Ile-de-France, selon Météo-France, qui a maintenu mardi après-midi 28 départements en vigilance orange neige et verglas jusqu'à mercredi midi.

Les départements concernés sont : Aisne, Ardennes, Aube, Aveyron, Cher, Eure, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret, Maine-et-Loire, Marne, Mayenne, Oise, Orne, Sarthe, Paris et petite couronne (92-93-94), Seine-et-Marne, Yvelines, Deux-Sèvres, Vienne, Yonne, Essonne et Val-d'Oise.

En Île-de-France, 3 à 5 cm de neige pouvaient être observés par endroits mais les températures proches de zéro degré rendent "la tenue au sol encore rare", souligne l'organisme météorologique. Certains Parisiens n'ont cependant pas hésité à chausser les skis pour dévaler les pentes de la butte Montmartre, devant la basilique du Sacré-Coeur.

"C'est autour d'un axe allant de l'est des Pays de la Loire à l'Aisne en passant par l'Ile-de-France que sont attendues les quantités de neige les plus fortes", avec jusqu'à 15 à 20 cm localement sur ces zones, a indiqué Météo France dans son dernier bulletin de 16h00.

"On est sur un scénario de renforcement de la neige alors que la tenue est facilitée par des températures un peu en baisse et la tombée de la nuit", a expliqué à l'AFP Emmanuel Demaël, prévisionniste chez Météo France. La situation pourrait devenir critique dans la nuit de mercredi à jeudi avec la chute des températures - jusqu'à moins 10 degrés - et l'apparition de "gelées" sur les sols enneigés, a-t-il ajouté.

Outre la neige, Météo France prévoit en Lorraine un risque "moins fort" de précipitations verglaçantes.

Ce premier épisode neigeux remarquable de la saison, après un mois de janvier exceptionnellement doux, provoque notamment des perturbations dans les transports.

Ainsi, la SNCF a annoncé mardi avoir réduit la vitesse de ses trains sur une partie de son réseau, occasionnant de légers retards, tandis que la LGV Atlantique subissait quelques perturbations.

En Ile-de-France, la circulation a été interdite dès 14H00 sur les axes principaux aux véhicules de plus de 7,5 tonnes qui devront contourner la région ou à s'arrêter sur une des 43 zones de stockage des poids-lourds, a indiqué la préfecture de police, qui invite les particuliers à limiter leurs déplacements routiers.

Transports scolaires suspendus

Alors que la neige devrait progressivement tenir au sol dans la région, avec des cumuls prévus entre 5 et 10 cm, la société d'exploitation de la tour Eiffel a annoncé la fermeture du monument mardi en raison des conditions météo.

Les préfectures de l'Essonne et de la Marne ont pris des arrêtés pour interdire la circulation des transports scolaires mercredi. Le ramassage scolaire sera également suspendu en région Centre-Val de Loire, dans l'Orne et dans l'est de l'Eure.

La circulation des bus de transports scolaires était d'autre part interdite mardi dans l'Aveyron et dans les Ardennes. A Reims, la neige tombait abondamment depuis le lever du jour mardi, parant la cathédrale d'un épais manteau blanc.

Vingt-deux départements, dont les huit d'Ile-de-France, le Nord et le Rhône, ont activé lundi leur "alerte grand froid" pour l'hébergement des sans-abri, a annoncé le ministère de la Cohésion des Territoires.

Ce qui signifie l'ouverture d'un millier de places d'hébergement d'urgence, en plus des 13.000 déjà prévues pour l'hiver: 649 places supplémentaires en Ile-de-France, 110 dans un gymnase de Lyon...

Après un jeudi plus calme, vendredi devrait voir l'arrivée d'une nouvelle perturbation, venue cette fois du nord-ouest, touchant tout un pan des Hauts-de-France jusqu'au Limousin en passant par l'Ile-de-France.

Le contraste est grand avec les dernières semaines. La douceur avait en effet dominé, avec le mois de janvier le plus doux depuis plus d'un siècle, et une pluviosité record alimentant des crues dans plusieurs régions.

Après deux semaines d'alerte liées aux crues de nombreux cours d'eau, plus aucun département n'était mardi en vigilance orange pour inondations, selon le bulletin de Vigicrues.