International

Pendant que les leaders européens s’engageaient, sur le Capitole, à poursuivre la construction européenne, une dizaine de milliers de manifestants les engageaient à faire preuve de volonté et d’ambition, dans les rues de Rome, lors d’une "Marche pour l’Europe" organisée par plusieurs organisations pro-européennes (l’Union des fédéralistes européens, le Mouvement européen international, le Groupe Spinelli, Stand up for Europe). Lui ont répondu en écho des manifestations pro-européennes à Berlin, à Varsovie - alors que la Pologne est dirigée par un gouvernement très eurosceptique - et même à Londres, où près de 80 000 personnes ont marché pour l’Europe, alors que vont s’ouvrir les négociations pour la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

A Rome, on croise beaucoup de jeunes gens, vêtus de t-shirts jaunes ou bleus, rappelant les couleurs du drapeau européen. Des Italiens, en majorité, mais aussi des gens de tout le continent. Dont des Britanniques, comme Gareth. Il réside dans la capitale italienne et a décidé d’effectuer le parcours qui va de la Piazza della Bocca della Verita au Colisée. Lui et son amie italienne Shahla attirent les regards : l’un a les épaules recouvertes par l’Union Jack, elle par le drapeau européen. "Je suis venu soutenir l’UE, porter un message de solidarité et anti-Brexit. Le Brexit est un signal d’alarme", affirme Gareth. A quelques pas, l’Ecossaise Helena se voit aussi de loin, avec le drapeau bleu à croix blanche dont elle s’est parée. Cette sexagénaire, qui marche avec une amie anglaise, rappelle qu’à 62 % les Ecossais ont voté contre le Brexit. "Désolé pour le Brexit", lui dit un jeune homme. "On se revoit bientôt", prédit-il, faisant référence à la volonté du gouvernement écossais de quitter le Royaume-Uni et de réintégrer l’Union.