International

La Première ministre britannique Theresa May a révélé dimanche une surprenante suggestion que lui avait faite le président américain Donald Trump pour réussir le Brexit : "poursuivre l’UE en justice".

"Il m’a dit que je devrais poursuivre l’UE en justice. Poursuivre l’UE. Ne pas aller dans les négociations, mais les poursuivre en justice", a déclaré la dirigeante conservatrice dans l’émission politique dominicale "The Andrew Marr Show", sur la BBC. "Mais en fait, non, on va négocier", a ajouté la Première ministre.

Mme May répondait à une question portant sur une déclaration du président américain lors de leur conférence de presse commune, vendredi près de Londres. Donald Trump, qui termine dimanche une visite de quatre jours au Royaume-Uni, avait indiqué lui avoir suggéré une méthode pour mener à bien le Brexit, mais qu’elle l’avait "peut-être jugée trop brutale".

Dans un entretien au tabloïd "The Sun", Donald Trump avait affirmé qu’à la place de Theresa May, il aurait négocié "très différemment". "J’ai en fait dit à Theresa May comment le faire mais elle n’était pas d’accord ", a-t-il déclaré, estimant qu’elle s’était engagée sur une voie ne correspondant pas au vote des Britanniques pour un retrait de l’UE, lors du référendum de 2016.

"Ce que le président a aussi dit lors de cette conférence de presse, c’est qu’il ne faut pas s’en aller. ‘N’abandonnez pas les négociations parce qu’alors, vous serez coincés’", a ajouté Theresa May sur la BBC, répétant sa volonté de négocier avec Bruxelles le "meilleur accord" possible en vue de la sortie de l’UE, prévue le 29 mars 2019.

Le gouvernement May est en difficulté à cause du Brexit. Mais dimanche, il a connu une crise d’une autre nature. Le secrétaire d’Etat britannique aux Entreprises Andrew Griffiths a démissionné après des révélations du Sunday Mirror, sur des messages à caractère sexuel envoyés par cet homme marié à deux jeunes femmes.