International Après l’Otan, c’est Londres qui a essuyé les foudres de Donald Trump. Les Britanniques lui ont, en retour, réservé un accueil inconcevable pour un président américain. Un pourrissement qui dépasse de loin les relations entre les deux pays, et qui résulte de l'attitude traditionnelle du président qui ne semble rien aimer davantage que les revirements, aussi soudains que radicaux.