International

Le président Donald Trump a informé le président palestinien Mahmoud Abbas "de son intention de transférer l'ambassade des Etats-Unis" en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, a affirmé la présidence palestinienne après un entretien téléphonique entre les deux dirigeants.

 Au cours de cet échange, M. Abbas a mis en garde M. Trump contre les "conséquences dangereuses d'une telle décision sur le processus de paix, la sécurité et la stabilité dans la région et dans le monde", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Le texte de la présidence palestinienne ne laisse pas clairement apparaître si M. Trump avait signifié à M. Abbas son dessein d'engager immédiatement le déménagement, ou s'il s'agit d'une nouvelle déclaration d'intention à long terme.

M. Abbas a "réaffirmé notre position ferme qu'il ne peut y avoir d'Etat palestinien sans Jérusalem-Est pour capitale, conformément aux résolutions et à la loi internationales et à l'initiative de paix arabe", a dit le communiqué.

Un haut responsable palestinien s'exprimant sous couvert de l'anonymat a dit à l'AFP que M. Trump avait invoqué, lors de cet entretien, l'existence de longue date d'une loi américaine sur le transfert de la représentation diplomatique, ainsi que les pressions exercées par le Congrès en vue d'un déménagement. Il a aussi dit à M. Abbas vouloir tenir la promesse faite pendant sa campagne électorale, a rapporté ce responsable.

M. Trump a dit par ailleurs à M. Abbas avoir "d'importantes idées" qu'il présentera plus tard, une apparente référence aux efforts menés par ses collaborateurs pour ranimer l'entreprise de paix moribonde entre Palestiniens et Israéliens, a ajouté ce responsable.

Un haut conseiller du président palestinien, Nabil Chaath, avait prévenu plus tôt que toute reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël signifierait la fin de l'effort mené par l'administration américaine pour relancer l'entreprise de paix.

Les Palestiniens ont souligné que le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem revenait à reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Le gouvernement israélien a observé un silence officiel total sur le sujet, se gardant même de confirmer que M. Trump s'était également entretenu par téléphone avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ce dernier devait prendre la parole lors d'une conférence prévue mercredi à 11H00 à Jérusalem (10H00 HB). Il a ordonné à ses ministres de garder le silence afin de ne pas attiser les passions, ont rapporté plusieurs médias israéliens.

Hamas: "toutes les lignes rouges sont franchies"

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a estimé mardi que "toutes les lignes rouges" étaient franchies avec l'intention proclamée par Donald Trump de transférer l'ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

Le Hamas a appelé les Palestiniens des Territoires à manifester vendredi, proclamé, selon une expression consacrée, "journée de colère".

"Avec la reconnaissance par l'administration américaine de Jérusalem occupée comme la capitale de l'occupant, et avec le déménagement de son ambassade, toutes les lignes rouges sont franchies", a déclaré le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh dans une lettre adressée aux dirigeants arabes et musulmans et publiée par le mouvement islamiste.

Le déménagement de l'ambassade signale une "dangereuse escalade", a-t-il dit. Il a accusé M. Trump de chercher à couvrir l'entreprise du gouvernement israélien consistant selon lui à "judaïser" Jérusalem.