International

Alors que le silence du président américain Donald Trump au sujet du décès de l'ancien chancelier allemand Helmut Kohl avait été, dans un premier temps, remarqué, celui-ci a fini par réagir en soirée vendredi, venant ajouter ses paroles au concert d'hommages international.

L'ancien chancelier, chef du gouvernement allemand de 1982 à 1998, est décédé vendredi à l'âge de 87 ans. Il était un "ami et d'allié" des Etats-Unis, a estimé Trump. "Il n'était pas seulement le père de la réunification allemande, mais un avocat de l'Europe et des relations transatlantiques. Le monde a bénéficié de sa vision et de ses efforts. Son héritage se poursuivra", a ajouté l'actuel président américain, dans un communiqué de la Maison blanche.

George H.W. Bush, un de ses prédécesseurs, qui était au pouvoir (1989-1993) au moment de la réunification allemande, a quant à lui rendu un hommage appuyé à Helmut Kohl, saluant "un vrai ami de la liberté" et "l'un des plus grands leaders de l'Europe d'après-guerre". "Helmut était un roc, à la fois stable et fort", a souligné dans un communiqué le 41e président des Etats-Unis.

De son côté, l'ancien président démocrate Bill Clinton s'est dit "profondément attristé" par la mort d'un homme dont "le leadership visionnaire a préparé l'Allemagne et toute l'Europe pour le XXIe siècle". "Il a été confronté aux questions les plus monumentales de son temps et, en y répondant avec justesse, il a rendu possible la réunification d'une Allemagne forte et prospère et la création de l'Union européenne", a-t-il ajouté.