International

Donald Trump, de retour d'un sommet avec son homologue russe Vladimir Poutine, a pris soin mardi de remercier le sénateur Rand Paul, seul haut responsable républicain à défendre son président après la rencontre d'Helsinki qui a scandalisé la classe politique américaine. "Merci Rand Paul, vous saisissez bien les choses !", a écrit Donald Trump dans le premier message envoyé sur Twitter à son retour à Washington.


Lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine en Finlande, M. Trump a adopté un ton particulièrement conciliant, refusant de condamner Moscou pour l'ingérence dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

Cette attitude a choqué à Washington, jusque dans les rangs des républicains. La classe politique a dénoncé, parfois très vivement, le fait que M. Trump ait traité Vladimir Poutine en allié plutôt qu'en adversaire.

A l'inverse, Rand Paul, sénateur du Kentucky et ancien adversaire de Donald Trump aux primaires républicaines, a donné plusieurs interviews pour défendre la stratégie du milliardaire avec la Russie.

"C'est vraiment le syndrome mental anti-Trump qui motive tout cela", a-t-il ainsi critiqué sur CNN.

Ses collègues républicains avaient adopté un ton bien différent, le sénateur John McCain dénonçant "un des pires moments de l'histoire de la présidence américaine", tandis que le chef de file des républicains au Congrès, Paul Ryan, a appelé le président à "réaliser que la Russie n'est pas notre alliée".


Des entretiens "bien meilleurs" avec Poutine qu'avec l'OTAN

Le président américain Donald Trump a affirmé mardi avoir eu des entretiens avec son homologue russe Vladimir Poutine "bien meilleurs" qu'avec ses partenaires de l'Otan, critiquant par ailleurs la couverture médiatique de sa tournée en Europe ces derniers jours.

"Bien que j'aie eu une excellente rencontre avec l'Otan, levant d'importantes sommes d'argent, j'ai eu des entretiens bien meilleurs avec Vladimir Poutine de Russie. Malheureusement, les médias n'en font pas état - les médias Fake News sont déchaînés", a tweeté M. Trump.