International

Me Jef Vermassen a clairement décrit Renaud Hardy, accusé du viol avec torture et de l'assassinat de deux femmes et de deux tentatives d'assassinat, comme un psychopathe tueur en série. "Il y a tellement peu de similitudes avec notre mode de pensée qu'on le dirait sorti d'une autre planète", a déclaré l'avocat, qui défend l'actrice Veerle Eyckermans. "Et il est regrettable qu'il ne soit pas d'une autre planète car nous aurions pu l'y renvoyer." Pour Jef Vermassen, la seule solution est "d'enfermer Renaud Hardy et de jeter la clef". Selon l'avocat, le terme sociopathe convient encore mieux pour définir l'accusé. "Il ne peut tisser de liens étroits et solides avec les autres, car c'est un grand narcissique. Toujours moi, moi, moi." C'est aussi à cause de ce narcissisme que l'accusé a filmé la mort de Linda Doms, estime-t-il.

Le président a déjà dû rappeler à l'ordre l'accusé, qui faisait du raffut. "Je suis gravement malade, et je viens quand même à l'audience", a commenté Renaud Hardy. Le Malinois s'est ensuite calmé après une discussion avec son avocat, Me Frédéric Thiebaut.

Jef Vermassen a également soulevé le manque d'empathie de l'accusé, notamment lors de ses longues parties fines avec ses amies, qu'il filmait. "Après six minutes, Frieda lui demandait déjà d'arrêter, mais il ne l'a pas fait."

La manière dont il manipule les autres et le fait que l'amour ne se rapporte selon lui qu'au sexe montrent aussi la nature psychopathique de Renaud Hardy.

L'avocat ne perçoit pas non plus de sentiment de culpabilité chez l'accusé, pour qui "c'est toujours la faute des autres". Me Vermassen a encore avancé dans sa plaidoirie que l'accusé représentait un danger "pour toujours". "Enfermez-le et jetez la clef. (...) Ce sont des gens tellement différents qu'aucun remède n'existe."