International

Fethullah Gülen, le prédicateur exilé aux Etats-Unis et bête noire du président Erdogan qui l'accuse d'être derrière le coup d'Etat manqué en Turquie, a été privé de sa pension de retraite, a annoncé mercredi l'agence progouvernementale Anadolu. Après l'échec du coup d'Etat samedi dernier, "la sécurité sociale (SGK) a supprimé le versement de la pension de retraite du leader du groupe terroriste FETÖ Fethullah Gülen et l'a radié de la sécurité sociale", a annoncé Anadolu.

Le quotidien d'opposition Sozcü croyait savoir que Gülen avait perçu 1.283 livres turques (380 euros environ) en octobre 2014, soit le maximum en Turquie. Il aurait reçu un dernier versement... mardi, alors qu'une gigantesque chasse aux "gülenistes" battait son plein en Turquie, quatre jours après le putsch manqué.

On ignore à quel titre cette retraite était versée à l'ancien imam, qui a quitté la Turquie en 1999 et vit reclus dans une région boisée de Pennsylvanie . Il est à la tête du puissant et riche réseau d'entreprises et d'écoles de d'ONG Hizmet.

La sécurité sociale "devrait prendre des mesures similaires contre les autres responsables du putsch raté", a ajouté Anadolu alors que le régime du président Recep Tayyip Erdogan a lancé une purge nationale des comploteurs, qui a déjà touché plus de 50.000 personnes.

Ankara n'a pas fourni de preuves de l'implication du prédicateur dans le putsch mais devrait dans les prochains jours formellement demander son extradition aux Etats-Unis, au risque de créer un imbroglio diplomatique.

A 75 ans, Gülen (qui dit en avoir 77) est atteint de complications cardio-vasculaires et de diabète, et assure n'avoir quasiment pas quitté son domicile de Pennsylvanie depuis deux ans. Il a démenti toute implication dans le putsch raté.